GAL, Pays des Condruses. L’aménagement d’un nouveau RAVeL en discussion (29/10/2019)

Capture d’écran 2019-10-27 à 17.28.45.png

La Meuse H-W a consacré un long compte-rendu à la Fête du Vélo qui s'est déroulée le 19 octobre à Clavier. (Voir l'article d'hier). A cette occasion, Jean-Benoît Graas, chargé de mission mobilité pour le GAL Pays des Condruses, a annoncé que le GAL planche sur un nouveau Ravel. « Nous voulons connecter Clavier, Hamoir et Ouffet en reliant la ligne 126 », explique-t-il.
Le parcours de mobilité active (nouveau terme pour désigner le mode doux, NDLR) tentera de passer par un maximum d’écoles, d’administrations communales, mais aussi de commerces. « On essayera également de permettre aux cyclistes de rejoindre le nouveau bus WEL », continue Jean-Benoît Graas. «Bien sûr, on ne peut pas y entrer avec les vélos. Il faudrait songer à mettre des boxes. »
Le tracé est défini, le projet à l’étude. « Il doit être validé par le SPW », dit-il. « On veut que ce Ravel ne soit pas seulement touristique, mais aussi économique.»
Un triporteur pour rompre la solitude des retraités
Un « rickshaw » (triporteur) était présenté ce samedi lors de la fête du vélo de Clavier. Le principe : quelqu’un pédale, pendant que deux personnes sont placées dans une banquette à l’avant, dont la conception évoque celle d'un pousse-pousse.

Un triporteur similaire sera mis à disposition des résidents des homes d’Ochain et Seny. « L’objectif est de permettre à ces personnes de garder un lien avec l’extérieur », indique Chantal Courard, chargée de mission pour le GAL Pays des Condruses. « L’idée provient du projet Vélo à tout âge de Copenhague. »
Jean-Paul Geuns, qui participe à un concept similaire nommé « Échappées hesbignonnes », était présent. « On aura besoin de faire appel à des bénévoles pour conduire le triporteur », commente la chargée de mission. « On passera notamment par la plateforme du projet Village solidaire pour en trouver. »
Ses balades oscilleront entre des boucles de 8km et de plus longs trajets de 20km, selon la demande. Le triporteur sera doté d’accessoires comme une couverture en cas de froid, mais surtout de bonnes batteries. « Nos communes sont sacrément vallonnées », continue Chantal Courard. « On a donc insisté sur ce point. »
Le triporteur sera financé en partie par le projet Give a Day. Il devrait être livré au GAL dans plusieurs mois.
Article complet à lire dans la Meuse H-W

05:16 Écrit par louviaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |