Tinlot. Un drone pour la gestion des cimetières. Des exhumations à Fraiture (01/03/2020)

IMG_6587.jpeg
Vendredi, l'accès du cimetière était interdit au public (AL)

Ce vendredi matin au cimetière de Fraiture, dans le cadre d'un chantier d'exhumation pédagogique, plus de vingt stagiaires fossoyeurs ont pu apprendre les techniques d'exhumation dans les règles de l'art.
Ils provenaient de Visé, Dalhem, Namur, St Nicolas, Chaudfontaine, Léglise, Liège ainsi que nos propres fossoyeurs Tinlotois.
Ce chantier a également permis au service cimetière de regagner une dizaine de concessions, dans ce cimetière saturé.
Bravo pour votre courage! C.G. (Source page f communale)

88225259_115397230051897_1007758460474884096_o.jpg

88438120_115399630051657_1279601199930146816_o-2.jpg 

Photos SPW-Olivier Gilgean

Un drone utilisé pour la gestion des cimetières à Tinlot (La Meuse H-W)
Dans deux cimetières de la commune de Tinlot, on manque de place. Ces endroits de recueillement sont surchargés et ne peuvent plus accueillir de défunt... Une situation qui dure mais qui devrait bientôt pouvoir évoluer puisque des exhumations vont être effectuées dans le cimetière de Fraiture ce vendredi. « Nous allons procéder à ces exhumations mais il y a des conditions requises. Cela ne se fait pas comme ça », souligne Laurent Walhin, le chef des travaux de la commune, qui mène depuis plusieurs mois une enquête. Après avoir cherché les descendants, soit deux ans de procédures, sans réponse, la commune peut commencer les premières exhumations. « Durant la Toussaint, il y a deux ans, mon prédecesseur a accroché plusieurs affiches dans le cimetière sur des tombes qui étaient abandonnées ou très abîmées. Une fois les deux années écoulées, les concessions pour lesquelles il n’y a pas de réponse reviennent à la commune et peuvent être exhumées. On reprend seulement ce qui est en manque d’entretien », ajoute Laurent Walhin. Concernant le manque de place au cimetière de Soheit-Tinlot, la même démarche est en cours et une 2e journée d’exhumation pourrait être organisée dans 2 ans.

Si au total, une dizaine d’exhumations vont avoir lieu, tout ne sera pas permis sur les caveaux et tombes. «  Il y a des normes légales à respecter. Des années auparavant, on enterrait les défunts sans vraiment de restrictions imposées. Aujourd’hui, ce n’est plus comme ça. Ce ne sont plus les mêmes logiques d’enterrement, il y a par exemple des règles de profondeur à respecter. Toutes les tombes ne seront pas exploitables ».
Ce vendredi, une vingtaine de fossoyeurs procéderont aux exhumations, pour récupérer de la place.
Les ossements des tombes « abandonnées » seront placés dans un ossuaire aménagé à cet effet. Des bâches seront installées pour couper la vue des riverains et le cimetière sera fermé au public. La police sera également présente. « Elles permettront un bon alignement des tombes et donc un gain de place et des accès plus faciles. Une pelouse de dispersion et colombariums pourraient voir le jour  », conclut Laurent Walhin. (La Meuse H-W)

05:09 Écrit par louviaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |