Cherche infirmiers et infirmières désespérément (07/08/2020)

 

 Capture d’écran 2020-08-06 à 16.16.36.png
Voir le reportage de RTC

C'est une réalité depuis longtemps déjà mais plus encore aujourd'hui. On manque cruellement d'infirmiers. Entre le rallongement des études et la crise sanitaire, le secteur s'attend à devoir batailler pour trouver du personnel. Chaque année, la période estivale est signe de pénurie, elle est encore plus aigüe cet été. 

Les derniers chiffres relatifs aux inscriptions et à la remise de diplômes au terme des études d'infirmières ne laissent planer aucun doute : la pénurie connaît au mieux un statu quo pour l'instant, au pire elle s'aggrave.

La Fédération des étudiants francophones (FEF) note ainsi une diminution des inscriptions liée à la réforme du cursus, passé de trois à quatre ans en 2016 : "L'allongement des études en soins infirmiers a fait baisser les inscriptions de 10 %". La réforme imposait une année supplémentaire pour un salaire égal à la sortie.

Selon l'Ares (Académie de recherche et d'enseignement supérieur), 2.757 inscriptions pour le bachelier en soins infirmiers ont été enregistrées pour l'année académique 2018-2019, contre 3.448 en 2015, soit 20 % en moins. Le nombre d'étudiants de première année est lui aussi en baisse (2.136 en 2019, contre 2.805 en 2015).

Quant à la prochaine année académique, celle qui débutera en septembre, l'incertitude demeure. Les écoles notent pour l'instant au moins une baisse de 50% des inscriptions, rapporte l'Association belge des praticiens de l'art infirmier (ACN). "Il faudra attendre octobre pour avoir les chiffres exacts car il y a les secondes sessions et les inscriptions tardives", tempère Cécile Dury, directrice de la catégorie paramédicale de la Henallux (Haute Ecole de Namur-Liège-Luxembourg).

Olivier Gendebien, le président de l'Association belge des praticiens de l'art infirmer (ACN) table sur environ 2.200 diplômés en Fédération Wallonie-Bruxelles, dont 800 se lanceront sur le marché de l'emploi. Un nombre "relativement correct" selon lui, mais toutefois insuffisant face aux besoins réels: "Il y a 5.000 postes d'infirmières et d'infirmiers à pourvoir en Belgique", indique-t-il.
Source : Belga

04:00 Écrit par louviaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |