Child Focus. Dossiers d'atteinte à l’intégrité sexuelle des enfants: les chiffres ont explosé pendant le confinement (11/08/2020)

Capture d’écran 2020-08-10 à 17.47.41.png

« Chère Belgique, nous devons parler de nos enfants ». C’était le titre de la lettre ouverte de Child Focus, il y a 15 jours. « On est à la mi-juillet 2020 et on a déjà plus de dossiers d’atteinte à l’intégrité sexuelle des enfants que sur toute l’année 2019. »

Child Focus faisait ce triple constat :
Le nombre de signalements de grooming en ligne a presque triplé cette année (adultes abordant des mineurs en ligne ayant comme objectif ultime l’abus sexuel). Dans son dernier rapport annuel, Child Focus notait que les filles restent plus vulnérables (80 % des cas) et sont souvent âgées de moins de 16 ans. 34 dossiers de grooming en ligne ont été ouverts en 2019, un statu quo par rapport à l’année précédente.
Les dossiers relatifs au sextorsion (chantage sexuel) de mineurs ont augmenté de +118 %. En 2019, Child Focus avait déjà reçu 55 signalements (contre 46 en 2018 et 39 en 2017). Huit sur dix concernaient un chantage financier. Dans les 11 autres dossiers, les auteurs exigeaient davantage de photos. Les victimes de « sextorsion » restent principalement des garçons âgés entre 14 et 16 ans.
Le nombre de plaintes de jeunes, harcelés sexuellement en ligne a doublé. L’année dernière, Child Focus avait ouvert 21 dossiers de harcèlement sexuel en ligne. Il s’agit principalement du partage indésirable d’images ou de conversations à caractère sexuel avec d’autres jeunes, comme l’exemple le plus connu des « unsolicited dickpics » (photos de pénis non souhaitées).
La Meuse H-W
Voir également le site  https://www.childfocus.be/fr

04:00 Écrit par louviaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |