Un congé parental pour les enfants en quarantaine (04/10/2020)

Le 28 octobre, la Commission des Affaires sociales de la Chambre a voté en urgence et en première lecture un nouveau type de congé parental corona. Il s’agit d’un congé pour les parents dont un enfant se trouverait en quarantaine, parce qu’il a été au contact d’un enfant contaminé, que sa classe ou son école a fermé. Ou que la fermeture touche la crèche ou l’institution de soins qu’il fréquente (par exemple, un centre d’accueil pour handicapés).
Nuance : la N-VA a demandé une seconde lecture du texte qui aura lieu le 6 octobre. Cela ne l’empêchera pas d’être voté en séance plénière le jeudi 8 et d’entrer en vigueur, rétroactivement dès le 1er.
La proposition de loi du PS a fait l’objet d’un amendement cosigné par les partenaires de la probable coalition Vivaldi : sp.a, Ecolo-Groen, MR, Open VLD et CD&V, ainsi que le cdH qui avait également déposé un texte sur le sujet.
Pourquoi un vote en urgence ? Parce que le congé corona, tant critiqué, entre autres pour le faible revenu qu’il laissait aux parents, va disparaître à la fin du mois. « Il fallait donc mettre rapidement au point un nouveau système », explique la députée socialiste Ludivine Dedonder à l’origine du texte.

70 % de la rémunération
« Ce congé sera mieux rémunéré que le congé corona », reprend-elle. « Les parents seront indemnisés à 70 %, rémunération à laquelle on rajoutera 5,63 € par jour. On est en fait sur le schéma du chômage temporaire pour force majeure. Ce ne sera pas à charge de l’employeur, mais de la sécurité sociale. Il n’y a d’ailleurs pas besoin de l’accord de l’employeur qui ne peut s’y opposer : un certificat de quarantaine suffit. »
Ce congé ne concernera pas que les enfants jusqu’à 12 ans, mais bien tout mineur d’âge (donc jusque 18 ans). Les parents pourront le prendre à temps plein ou à mi-temps. Il sera accessible jusqu’à la fin de l’année et pourra être prolongé en fonction de l’évolution de l’épidémie.
La Ligue des familles a accueilli la nouvelle avec satisfaction : « Il s’agit d’un énorme soulagement pour tous les parents », estime Christophe Cocu, son directeur général. « Cette mesure n’est pas parfaite en tous points, car on aurait souhaité qu’il n’y ait aucune perte de salaire, mais nous avons été entendus sur la quasi-totalité de nos demandes : voilà une solution sérieuse pour les parents, dès l’annonce d’une fermeture de classe ou de crèche. »
Didier Swysen. La Meuse

03:25 Écrit par louviaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |