Vers un pic de dépression et de suicides en Belgique avec le reconfinement? (07/11/2020)

Vers un pic de dépressions et de suicides en Belgique avec le reconfinement ? «Je crains vraiment le pire!»
Élodie, psychologue, craint que le moral des Belges ne soit au plus bas à cause de cette pandémie. « Avant le confinement, 33 % des Belges éprouvaient des difficultés psychologiques. Parmi eux, 20 % se sentaient malheureux et déprimés. Je serai vraiment curieuse de voir les chiffres aujourd’hui. On doit certainement être au-delà des 40 % de personnes mal dans leur peau ».

Capture d’écran 2020-11-06 à 18.39.35.png« Avant le confinement, 33 % des Belges éprouvaient des difficultés psychologiques. Parmi eux, 20 % se sentaient malheureux et déprimés. Je serai vraiment curieuse de voir les chiffres aujourd’hui. On doit certainement être au-delà des 40 % de personnes mal dans leur peau. Je le vois au cabinet. J’ai eu une hausse de 30 % des consultations lors du confinement, c’est redescendu à 15 % en été. »

Mais, depuis une semaine et la demande des experts d’un nouveau confinement, les appels pour des consultations repartent en flèche. Je dirai que, vis-à-vis de l’an passé, on est à une hausse de 20 %. Mais, je crains que ce chiffre remonte très vite avec l’annonce des mesures plus sévères. On va alors dépasse les 30 % du mois d’avril », nous explique Élodie, une psychologue montoise. « Ce sont essentiellement des personnes envoyées par leur médecin traitant, elles souffrent de dépression, d’idées suicidaires ou de syndrome de glissement face aux restrictions ».

Mais, avec les jours qui raccourcissent, la psychologue est bien plus inquiète qu’au mois de mars. « Il y a au sein de la population une forte baisse du moral. Et, la période actuelle est propice aux dépressions et aux suicides. C’est durant les mois de novembre et décembre qu’on dénombre le plus grand nombre de tentatives de suicide. La météo est maussade et la lumière est peu présente. Si on y ajoute un reconfinement, le cocktail est détonnant. On risque vraiment d’avoir un pic de dépressions et suicides jamais atteint en Belgique. Je crains vraiment le pire. Si vous avez besoin d’une oreille attentive, il est essentiel d’en parler à votre médecin ».

Un site web de soutien
Pour vous aider, la Wallonie a lancé une grande campagne de soutien. « Si des solutions structurelles n’existent pas encore pour endiguer ce virus, il est tout de même possible de se faire aider en cas de besoin. C’est la raison pour laquelle, les autorités wallonnes lancent une campagne de sensibilisation (affichage, réseaux sociaux et spots radiophoniques) autour du nouveau site www.trouverdusoutien.be. Elle leur permet de trouver de l’aide en santé mentale à proximité de chez eux ou de leur lieu de travail », nous expliquait récemment le cabinet de la ministre wallonne de la Santé.
Pour faire face aux nouvelles mesures et à la dépression saisonnière, Élodie vous propose 5 grandes règles. « On fait du sport au moins 30 minutes par jour. On se laisse des temps de relaxation pour soi. On continue à communiquer avec les autres, notamment via les apéros virtuels. Quand ça ne va pas, on en parle à un proche ou un médecin. On s’adonne à une passion qu’on n’a jamais eu le temps de pratiquer avec son quotidien métro-boulot-dodo ».

Article de Alison Veraet. Sudinfo

03:42 Écrit par louviaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |