Vias met en garde contre tous ces objets qui, en cas de choc, se transforment en projectiles  (21/11/2020)

Capture d’écran 2020-11-09 à 10.20.22.png

A 90 km/h, votre GSM pèse… 13,5 kg !  
Vias met en garde contre tous ces objets qui, en cas de choc, se transforment en projectiles 

Cet été, l’équivalent allemand de Touring a fait le crash-test d’un accident où une voiture transporte les cartons de meubles en kit. Verdict : un petit objet venu de l’arrière peut faire beaucoup de dégâts lorsqu’il heurte la nuque du conducteur.  
« Nous ne disposons pas de statistiques spécifiques pour ce genre d’accidents car les formulaires de déclarations ne prévoient pas ces données. Peu de gens en sont conscients mais tout objet déposé dans l’habitacle d’une voiture sans être arrimé devient un projectile en cas de freinage d’urgence. Il peut provoquer des lésions importantes, en particulier à la tête et à la colonne vertébrale », indique Benoît Godart, de l’Institut Vias.
Redoutable !
Une formule mathématique, basée sur la masse et l’accélération, permet de calculer l’énergie au moment de l’impact. Lorsque vous êtes lancé à 50 kg, votre GSM de 150 g pèse 7,5 kg lors d’un arrêt brutal. À 120 kg, c’est 18 kg. Vous avez un parapluie, parfois terminé d’une pointe en métal, posé sur la lunette arrière ? Ses 700 g vont devenir 63 kg à 90 kg.
En suivant la même règle, un meuble de plusieurs dizaines de kg entreposé en kit dans l’espace dégagé par la banquette rabattue dépasse vite la tonne. L’Adac, le club automobile allemand, a fait l’expérience cet été. Comme on le voit sur la vidéo YouTube, les cartons arrachent partiellement les sièges du conducteur et de son passager, frappant mortellement ces derniers. « Les conséquences peuvent aussi être très graves en cas de collision par l’arrière », ajoute Benoît Godart.
« À cause du confinement, beaucoup de personnes commandent par internet et vont retirer les marchandises au magasin sans vraiment avoir une idée de l’encombrement. Une fois sur place, tout doit être rangé dans la voiture d’une manière ou d’une autre. En temps habituel, on voit cela aussi à la sortie des magasins d’ameublement », évoque le spécialiste de la sécurité routière.
Dans la vidéo de l’Adac, l’expérience est renouvelée, mais avec des objets bien arrimés. Le conducteur s’en sort indemne. Mais l’équivalent de Touring a employé force sangles réglables. « Sans aller jusque-là, on peut déjà utiliser quelques sangles supplémentaires, les ceintures de sécurité et un filet. Cela évite aussi que le chargement ne bascule dans un virage », souligne le porte-parole de Vias.
Dans tous les cas, les objets lourds doivent être placés en bas. Pour ce qui est des vases, des bouteilles ou de tout ce qui casse, emballez-les dans une couverture ou une caisse à placer sur le plancher derrière le passager, sinon des éclats tranchants voleront partout en cas de crash.
« Si la charge transportée est trop lourde ou inégalement répartie, le châssis atteindra ses limites. Le risque de dérapage est accru. Les systèmes d’assistance tels que l’ESP ont aussi leurs limites en matière de poids. La distance de freinage risque d’être plus longue et le véhicule moins facile à contrôler », détaille notre interlocuteur.
Le code de la route stipule d’ailleurs que la vitesse doit être réglée en fonction de son chargement. Il précise aussi que la cargaison ne doit pas nuire à la visibilité du conducteur, ni constituer un danger pour lui et les autres. Sur la base de cela, un policier peut vous verbaliser s’il juge que vous avez dépassé les bornes. L’amende est de 116 euros.
Le paradoxe, « c’est que l’on peut, avec un freinage d’urgence, éviter de percuter un autre véhicule mais finalement être blessé par un objet propulsé à toute vitesse de l’arrière », conclut Benoît Godart.
À propos de chargement, veillez aussi à ce qu’il soit bien fixé à l’extérieur. Ces dernières années, l’Institut Vias comptabilise en moyenne une quarantaine d’accidents dans lesquels le chargement est tombé avant le choc et le même nombre lorsqu’il est tombé lors du sinistre.

Yannick Hallet Source Sudinfo

 

00:43 Écrit par louviaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |