Un an après les élections, que sont devenus les anciens Bourgmestres Condruziens? (29/11/2013)

Un an après les élections, nous avons pris des nouvelles de nos anciens bourgmestres. Les élections communales d’octobre 2012 ont fait tomber quelques têtes, et des changements de majorité ont eu lieu dans plusieurs communes condruziennes . Un an plus tard, nous avons voulu savoir ce que devenaient les anciens bourgmestres d'Ouffet, de Modave, de Nandrin et de Ferrières. Article d’Annick Govaers dans le Meuse H-W du 28 novembre 2013

Ouffet. Marc Gielen : « Ne pas chaperonner »
Capture d’écran 2013-11-28 à 18.34.23.jpegComme annoncé dans nos précédentes éditions, Marc Gielen (57) est toujours directeur général de l’APAQ-W (outil de promotion des produits wallons). «Mayeur, je prenais 4 jours/mois pour la commune». Ses soirées et ses weekends, il les dédie notamment à son potager et au foot (il est vice-président du club Ouffet-Warzée). Après 15 années de mayorat, il n’est plus retourné au conseil. «Je ne veux pas chaperonner.»

Nandrin. Joseph Nandrin: « Une maison en France »
Capture d’écran 2013-11-28 à 18.34.33.jpegJoseph Nandrin (65) n’est plus impliqué dans la vie communale. «C’était volontaire. J’avais l’âge du départ. Je passe beaucoup de temps dans ma maison dans le sud de la France. Je joue à la pétanque, je fais du bateau, je fais des balades en 4x4, j’ai réparé une vieille voiture... Tout ce qui a un moteur m’intéresse ! Je ne suis pas nostalgique de la vie politique, je ne suis d’ailleurs allé qu’une seule fois au Conseil. »

Modave. Jules Lambrette : « Je vais toujours au Conseil »
Capture d’écran 2013-11-28 à 18.34.03.jpegL’ancien mayeur de Modave, Jules Lambrette, se dit très occupé. «Je n’ai jamais eu aussi peu de temps qu’aujourd’hui », déclare-t-il en souriant. Le Modavien de 71 ans «chipote » chez lui. «Je suis un homme d’extérieur, je travaille, je rentre du bois, je vais promener mon petit chien plusieurs fois par jour. J’aime beaucoup les fleurs et les plantes aussi. Je ne reste pas dans mon fauteuil, sinon c’est la mort assurée dans six mois.» Le grand-père qu’il est partage son temps libre avec sa femme, ses deux filles et ses 4 petits-enfants. Ses aléas judiciaires ? «J’ai connu une période difficile mais elle est derrière moi. Avec mon épouse, nous venons de fêter nos 50 ans de mariage. Désormais, nous vivons pour nous.» Même si sa carrière politique est derrière lui, Jules Lambrette assiste régulièrement au conseil communal. "Ce qui s’y dit m’intéresse encore, les disputes notamment, rigole-t-il. Après 41 ans à la commune, on ne peut pas arrêter d’y penser du jour au lendemain." 

Ferrières. Raymond Maréchal : « Disponible en soirée »
Capture d’écran 2013-11-28 à 18.34.43.jpegDepuis qu’il n’est plus mayeur, Raymond Maréchal se consacre à ses activités professionnelles (il est gérant dans le secteur des assurances et agences bancaires) et à son mandat de conseiller d’opposition (U.G.C.). Sans oublier sa famille, pour laquelle il est plus présent. «Être mayeur demande beaucoup de flexibilité. Là, je travaille toujours mais je suis plus disponible en soirée car j’ai moins de réunions. Je fais du VTT et un peu de lecture aussi », déclare le Ferrusien de 59 ans, en couple. Il accepte sans amertume son échec aux élections. «Quand on s’engage en politique, on sait qu’on peut sortir à tout moment. C’était bien clair dans ma tête dès le départ », confie celui qui a siégé 18 ans dans l’opposition avant d’être mayeur pendant 18 ans. «Je reviens aujourd’hui à ma 1re fonction. Être conseiller d’opposition est tout à fait différent. Je reste actif et préoccupé par le développement de ma commune.» Quant à ses ennuis judiciaires (il est inculpé de faux, usage de faux, abus de biens sociaux et corruption dans le cadre de ses fonctions de président de la mutualité libérale de Liège), Raymond Maréchal affirme ne pas avoir eu de nouvelles.

02:52 Écrit par louviaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | |