Rechercher : gersande Blanchard

  • La Tinlotoise Gersande Blanchard reçoit le prix du public à ”Innova Tech”

    45114104_2324049594336230_6677187953451597824_o.jpg

    La Ramelotoise Gersande Blanchard prix du public à Innova Tech. A droite Bruno Delille , chercheur FNRS et  Robin Crunenberg, MBA et business developer de Microspir. 

    Les technologies vertes ont été plébiscitées à la soirée d’InnovaTech qui était organisée à la fin du mois d'octobre.
    C’est la première fois que cela arrive en 7 éditions: le jury – 250 visiteurs de l’évènement annuel « A la découverte des innovations wallonnes » – n’a pas pu départager les deux innovations (sur 58) qui avaient recueilli le plus grand nombre de suffrages: égalité parfaite entre la spiruline à faire chez soi et des innovations pour doper les rendements des cultures bio.
    Le projet Microspir est le projet lancé par deux docteurs en Biologie: la Tinlotoise Gersande Blanchard (Ramelot) et François Darchambeau (absent sur la photo).
    (source:http://www.innovatech.be/les-technologies-vertes-plebiscitees-)

    Microspir : de la spiruline fraiche depuis chez soi

    microspir

    La spiruline est un super aliment reconnu pour ses qualités nutritionnelles. Cette micro-algue est consommée par les sportifs, les végétariens, les personnes âgées, les familles désireuses d’une alimentation saine et durable.
    Le problème? On achète cette algue en poudre et il n’est pas toujours aisé d’en connaître sa provenance. De plus, les vertus sont bien plus importantes si elle est consommée fraiche.
    Microspir, un projet first spin-off de l’Université de Liège, piloté par Robin Crunenberg, développe et commercialise un photobioréacteur autonome permettant aux particuliers de cultiver et de consommer de la spiruline fraiche tous les jours.
    Le système, qui a pris 2 ans et demi de recherches, filtre l’eau et permet de récolter l’algue fraiche.
    Avec le SpirhOme, Microspir permet à chacun d’avoir accès directement chez lui aux bienfaits de cet aliment.
    Une culture que l’on regarde grandir grâce à une lumière douce et des sels minéraux. SpirhOme fait le reste pour que chacun puisse offrir chaque jour un super aliment frais à ses proches. « Produisez aujourd’hui chez vous, la nourriture de demain ».

    capture ecran 2018-12-17 à 08.50.44.jpg

    Article précédent sur ce blog:
    La Ramelotoise Gersande Blanchard veut lancer une production d'algues à Ochain en 2016

    Produire en Belgique de la spiruline, une micro-algue aux propriétés très nutritives, c'est le défi que se lancent deux docteurs en Biologie. Gersande Blanchard et François Darchambeau entendent lancer cette toute première production belge à Ochain (Clavier) dès les premiers mois de l’année 2016.
    Une nouvelle culture devrait prochainement voir le jour dans notre région. Deux Condruziens veulent en effet développer la production de spiruline, une micro-algue originaire des pays du sud. Une idée venue grâce aux voyages en Afrique du docteur en biologie François Darchambeau. « Nous sommes collègues depuis une quinzaine d’années. François a évalué la production primaire des rivières en Afrique et a remarqué que la population consommait de la Spiruline. Il s’y est intéressé et nous avons réfléchi ensemble au produit. De fil en aiguille, nous avons monté ce projet », explique Gersande Blanchard. Lire la suite

  • La Ramelotoise Gersande Blanchard veut lancer une production d'algues à Ochain en 2016

    Produire en Belgique de la spiruline, une micro-algue aux propriétés très nutritives, c'est le défi que se lancent deux docteurs en Biologie. Gersande Blanchard et François Darchambeau entendent lancer cette toute première production belge à Ochain (Clavier) dès les premiers mois de l’année 2016.

    capture ecran 2015-09-14 à 09.28.43.jpg
    Une nouvelle culture devrait prochainement voir le jour dans notre région. Deux Condruziens veulent en effet développer la production de spiruline, une micro-algue originaire des pays du sud. Une idée venue grâce aux voyages en Afrique du docteur en biologie François Darchambeau. « Nous sommes collègues depuis une quinzaine d’années. François a évalué la production primaire des rivières en Afrique et a remarqué que la population consommait de la Spiruline. Il s’y est intéressé et nous avons réfléchi ensemble au produit. De fil en aiguille, nous avons monté ce projet », explique Gersande Blanchard.
    Un projet que les deux collègues aimeraient pouvoir mener à bien dans le petit village d’Ochain (Clavier). « La mise en place d’une unité de biométhanisation est bien avancée chez un agriculteur. Nous aimerions en profiter et récupérer la chaleur émise pour chauffer nos bassins. Nous pourrions également réutiliser le CO2 ou le digesta dans l’objectif de développer une production durable et écologique. »
    Les deux docteurs en biologie sont dès lors à la recherche d’un terrain non loin de cette unité. Divers aménagements seront ensuite nécessaires avant de pouvoir lancer la première production, si possible d’ici le début de l’année 2016. "La spiruline est une algue et pousse donc dans l’eau et on la retrouve à l’état naturel dans des lacs des régions chaudes dont le sous-sol ou le terrain volcanique enrichissent les eaux en sels minéraux. Nous devrons dès lors aménager de grands bassins sous des serres et trouver un système pour chauffer l’eau. Cette algue a besoin d’une température de 32 degrés pour bien pousser", explique Gersande Blanchard.
    Avec François Darchambeau, la Tinlotoise compte déjà pouvoir récolter une grande quantité d’algues lors du lancement de sa production. « Au départ, nous espérons produire deux tonnes de spiruline. Il s’agit du seuil de rentabilité pour pouvoir vivre à deux. Notre objectif est de la distribuer ensuite dans toute la Belgique, peut-être même dans le Nord de la France et au Luxembourg dans quelques années. Mais notre but est aussi de faire de la production solidaire puisque 10% des bénéficies seront reversés à des ONG locales qui oeuvrent pour l’accès à la spiruline dans les pays du Sud », conclut Gersande Blanchard. La création d’un point ferme ou une distribution via des paniers de produits locaux est également à l’étude.
    CÉDRIC WILLEMS (La Meuse du 14 septembre)

    FORTES PROPRIÉTÉS
    La spiruline est une algue qui a de fortes propriétés nutritionnelles. Elle fournit en effet de grandes quantités de plus de 100 nutriments sous une forme assimilable...

    "On y retrouve 65% de protéines et toutes les vitamines à l’exception de la vitamine C. Elle contient également tous les acides aminés essentiels, des minéraux, des pigments qui renforcent le système immunitaire, des antioxydants et des acides gras essentiels.
    Cette algue est dès lors souvent considérée comme un complément alimentaire. Mais nous aimerions la faire découvrir en tant qu’aliment à part entière", déclare Gersande Blanchard.
    Au vu de ces propriétés, la spiruline permet dès lors d’avoir une santé de fer. "Elle peut aider à une meilleure récupération lors de fatigues passagères. Si on l’associe par exemple à du jus de pomme, cela va rebooster la personne et lui permettre de repartir du bon pied", conclut la Condruzienne. C.W.

  • Tinlot: de la spiruline fraîche fabriquée chez soi

    La Meuse Huy-Waremme a développé l'article publié sur ce blog le 20 décembre:" La Tinlotoise Gersande Blanchard reçoit le prix du public à ”Innova Tech” et a rencontré Gersande Blanchard.

    capture ecran 2018-12-30 à 20.13.46.jpgUne Tinlotoise a pris part à ce projet de fabrication de spiruline. Avec une équipe de scientifiques liégeois, ils entendent bien révolutionner notre façon de manger.
    Gersande Blanchard, une Tinlotoise de 45 ans, participe à un projet innovant : Microspir. Financés par la Région wallonne et implantés à l’ULiège, quatre scientifiques (François Darchambeau, Bruno Delille, Robin Crunenberg et Gersande Blanchard) se sont lancés dans un pari original : créer un incubateur de spiruline.
    D’abord, qu’est-ce que la spiruline ? « C’est une micro-algue tropicale, originaire des abords du Lac Tchad sur le continent africain. Elle est généralement consommée sèche sous forme de gélule ou de poudre. Les végétariens en raffolent car elle contient beaucoup de protéines. Elle séduit par son intérêt nutritionnel et s’inscrit dans une alimentation saine. On la qualifie souvent d’aliment du futur », indique Gersande Blanchard. La docteure en biologie a toujours travaillé dans le domaine de l’environnement. Avec ce projet, elle espère répandre la consommation de ce super-aliment.
    SpirhOme, le nom officiel de l’incubateur, est destiné, avant tout, à l’usage domestique. Mais à quoi sert-il ? « L’incubateur est un petit concentré de technologie, nous avons pris deux ans à le concevoir. Avec un système de pompe, il récolte automatiquement la spiruline issue de l’algue. Par sa taille, le prototype que nous avons créé s’adresse à des ménages de maximum quatre personnes  ».
    L’équipe de biologistes ambitionne de commercialiser l’objet d’ici l’été 2019 au prix de 479€. « Le coût se justifie par les matériaux. Tout est pensé pour minimiser l’impact de la machine sur la qualité de la spiruline. Le principe, c’est de consommer une spiruline de bonne qualité, contrairement à ce qu’on trouve parfois dans le commerce », signale la scientifique tinlotoise.

    Une originalité récompensée

    capture ecran 2018-12-30 à 20.13.52.jpg
    La spiruline fraîche, en plus d’être rare, n’est pas disponible en Belgique. « Il y a des producteurs en France mais à ma connaissance, c’est tout », lance Gersande Blanchard. Elle est donc plus répandue sous sa forme sèche. L’incubateur de la Tinlotoise représenterait une première mondiale. Il pourrait révolutionner le quotidien des grands consommateurs de l’algue : 100 grammes de spiruline d’entrée de gamme coûtent une quinzaine d’euros alors que la même quantité de spiruline de bonne qualité coûterait entre 25€ et 35€.

    Une innovation récompensée lors de la soirée Inovatech en octobre dernier à Liège. Sur les 58 équipes en compétition, celle de Gersande a remporté le prix du public. Le caractère « énergie verte » de la machine a séduit le jury. « C’est une belle reconnaissance. Cela nous encourage et montre bien que notre projet a de l’intérêt et de la valeur », sourit la Tinlotoise.
    (https://huy-waremme.lameuse.be/325489/article/2018-12-25/tinlot-de-la-spiruline-fraiche-fabriquee-chez-soi)

  • La spiruline, l'ingrédient alimentaire n°1 du futur ?

    capture ecran 2019-09-14 à 12.32.10.jpg

    Dans la séquence "un oeil sur demain", le JT de la RTBF a consacré un reportage à la spiruline. Cette algue, vous pouvez maintenant la cultiver fraîche à domicile grâce à une équipe de chercheurs liégeois dont fait partie la Ramelotoise Gersande Blanchard. (Voir l'article précédent sur ce blog)

    Page sciences et innovations avec cette question : comment va-t-on nourrir la planète demain ? Une certitude: pour que tout le monde mange à sa faim, il va falloir changer certaines de nos habitudes. Manger des algues par exemple. Selon l'OMS, la spiruline, une petite algue d'eau douce, serait carrément l'ingrédient numéro 1 pour le futur. Alors, de quoi s'agit-il ? Pourquoi la spiruline est-elle si prometteuse?capture ecran 2019-09-14 à 12.32.17.jpg

  • Consommateur ou pas de spiruline, participez à l'enquête !

    Enquête destinée aux consommateurs et aux non consommateurs de Spiruline.

    Au bout de trois ans de recherches, il est temps pour nous de venir à votre rencontre pour connaître vos préférences ou réticences, vos représentations ou attentes au sujet d'un aliment qui défraie la chronique : LA SPIRULINE !
    Même si vous ne connaissez pas cette algue bleue, vous pouvez nous aider en répondant au questionnaire bit.ly/SpirhOme (5 minutes, montre en main, vous suffiront)
    Merci pour votre collaboration,
    L'équipe MicroSpir, Université de Liège
    Source: Gersande Blanchard

    Article précédent sur ce blog:
    Tinlot: de la spiruline fraîche fabriquée chez soi

    capture ecran 2018-12-30 à 20.13.46.jpg

    Une Tinlotoise a pris part à ce projet de fabrication de spiruline. Avec une équipe de scientifiques liégeois, ils entendent bien révolutionner notre façon de manger.
    Gersande Blanchard, une Tinlotoise de 45 ans, participe à un projet innovant : Microspir. Financés par la Région wallonne et implantés à l’ULiège, quatre scientifiques (François Darchambeau, Bruno Delille, Robin Crunenberg et Gersande Blanchard) se sont lancés dans un pari original : créer un incubateur de spiruline.
    D’abord, qu’est-ce que la spiruline ? « C’est une micro-algue tropicale, originaire des abords du Lac Tchad sur le continent africain. Elle est généralement consommée sèche sous forme de gélule ou de poudre. Les végétariens en raffolent car elle contient beaucoup de protéines. Elle séduit par son intérêt nutritionnel et s’inscrit dans une alimentation saine. On la qualifie souvent d’aliment du futur », indique Gersande Blanchard. La docteure en biologie a toujours travaillé dans le domaine de l’environnement. Avec ce projet, elle espère répandre la consommation de ce super-aliment.
    SpirhOme, le nom officiel de l’incubateur, est destiné, avant tout, à l’usage domestique. Mais à quoi sert-il ? « L’incubateur est un petit concentré de technologie, nous avons pris deux ans à le concevoir. Avec un système de pompe, il récolte automatiquement la spiruline issue de l’algue. Par sa taille, le prototype que nous avons créé s’adresse à des ménages de maximum quatre personnes  ».
    L’équipe de biologistes ambitionne de commercialiser l’objet d’ici l’été 2019 au prix de 479€. « Le coût se justifie par les matériaux. Tout est pensé pour minimiser l’impact de la machine sur la qualité de la spiruline. Le principe, c’est de consommer une spiruline de bonne qualité, contrairement à ce qu’on trouve parfois dans le commerce », signale la scientifique tinlotoise... Lire la suite

  • Tinlot, les réunions de village sur le budget participatif démarrent ce soir à Fraiture

    capture ecran 2015-10-21 à 13.33.26.jpg
    Photo montage AL.
    Vous souhaitez développer un projet pour votre quartier ?
    La commune met à la disposition des Tinlotois un budget participatif pour soutenir des projets favorisant l‘amélioration du cadre de vie des citoyens.
    Vous êtes invités aux réunions de village pour la présentation des objectifs, critères d’attribution, modalités de fonctionnement … Ce sera l'occasion de poser vos questions et de rencontrer les membres du collèges.

    • Fraiture : Mercredi 21 octobre 2015 – Ecole communale à 20h
    • Scry : Jeudi 22 octobre 2015 – Salle La vieille Ecole à 20h
    • Soheit-Tinlot : Lundi 26 octobre 2015 – Local intergénérationnel à 20h
    • Seny : Jeudi 27 octobre 2015 – Salle Le Préau à 20h
    • Abée et Ramelot : Vendredi 30 octobre 2015 – Salle Le Tilleul à 20h

    Si vous ne pouvez vous libérer à la date prévue dans votre village, vous pouvez assister à une autre réunion d’information. Ensuite si vous  avez des idées de projet, vous pourrez aussi les déposer par écrit aux adresses suivantes :

    • Fraiture - Stéphanie Montulet : Rue d’Houchenée, 10
    • Scry - Christophe Archambeau : Rue du Tige, 32
    • Soheit-Tinlot - Alexandre Ferreira Marum : Chemin de Messe, 44
    • Seny - Gérald Donné : Rue Petit Seny, 1
    • Ramelot - Gersande Blanchard-Prignon : Rue du Village, 70
    • Abée - Sébastien Brunet : Rue d’Abée, 13
  • Tinlot, compte-rendu du Conseil Communal du 24 novembre 2015

    Excusés: Pierre Darmont, Lorenzo Novello. 9 conseillers présents, plus la présidente du CPAS

    DSC_8985.jpgPoints 1 et 2. Modifications budgétaires des fabriques d’église
    Le conseil approuve les modifications budgétaires proposées
    Scry : Total général des dépenses : 19.942,45 €. Total général des recettes : 19.942,45€ dont 5.606,67 € de subside communal pour la chaudière et le circulateur du presbytère (photo). VOTE : 8 oui et une abstention.
    Seny : Recettes en plus : 169,96 € (intervention communale). Dépenses en plus : 169,96 €. Vote:  8 oui et une abstention.

     3. Modification budgétaire N°2 du CPAS.
    Nouveau résultat : la modification n°2 du CPAS se clôture en équilibre à la somme de 838.964,51 €. Sans intervention communale. 8 oui et une abstention.

    4. Dotation 2016 à la zone de Police
    Le montant est fixé à 158.032,85 €  soit 6,095 % de la dotation totale des communes de la zone. Ce montant est proportionnel au nombre d'habitants. Vote :  9 oui.

    5. Autorisation de majoration du crédit de caisse.
    La commune de Tinlot bénéficie actuellement d’un crédit de caisse de 50.000 € auprès de la banque ING.
    Au vu des besoins mensuels en liquidités de la commune de Tinlot (avances pour les travaux subsidiés, retards du versement de l’IPP…) et afin de de garantir le paiement des salaires et des fournisseurs dans les délais prescrits,  le Conseil décide de solliciter une majoration du crédit de caisse ouvert chez ING de 50.000 à 500.000 €. Vote : 9 oui

    6. Achat d’un abri de bus rue Botteresse à Abée

    DSC_8982.jpg
    L’abri de bus situé rue Botteresse à Abée est fort vétuste et dégradé. Il doit être remplacé. (remplacement subsidié par les TEC à 80%). Vote 9 oui.

    7. Isolation de la toiture des classes maternelles à l’école communale.

    DSC_8969.jpg

    Afin de réduire la consommation d’énergie, le conseil décide d’isoler la toiture des classes maternelles. Prévision:  moins de 8.000 €, subsidiés partiellement dans le cadre UREBA. Vote  9 oui.

    8. Travaux à la salle de Ramelot

    DSC_8955.jpg
    Salle le Tilleul à Ramelot: La cuisine à l'arrière du bâtiment sera rénovée

    L'amélioration de la sécurité et la remise en conformité de la salle communale de Ramelot  nécessitent des travaux dans la cuisine. Montant prévu : 4.752,10 €.  Vote: 9 oui.
    F. Prouveur rappelle la nécessité de rénover la salle de bain à l'étage à Seny. Il demande que ce montant soit inscrit au budget 2016.

    9. Acquisition de mobilier pour la salle du collège
    Le conseil décide d’acquérir 12 chaises pour la salle du collège. Vote : 9 oui.

    10. Création d’une voirie avec cession gratuite à la commune d’une emprise dans le futur lotissement entre la rue de du centre et de la rue de l’église

    DSC_8957.jpg
    Le site du futur lotissement, entre la rue de l'église et la rue du centre à Soheit-Tinlot


    La  SA S.T.A. de Grâce-Hollogne a déposé un permis d’habitat groupé pour la construction de 9 habitations, 2 immeubles de 3 appartements et 2 petits commerces.
    Une voirie piétonne de 821 m2 doit être construite, reliant la rue du Centre et la rue de l’église. En conséquence, et suite à la  demande de permis de W. Azdoufal, le conseil décide d’autoriser la création d’une voirie communale et la cession gratuite d’une emprise à la commune. Vote 8 oui et une abstention

    11. Règlement sur les cimetières

    DSC_8964.jpg
    Le colombarium à Soheit-Tinlot.

    Le conseil  approuve le nouveau règlement élaboré avec le fonctionnaire de la Wallonie Mr Deflorenne. Vote :9 oui.
    Concernant le cimetière de Fraiture, l’achat une bande de terrain est prévue au budget 2016 pour l’extension du cimetière.

    12. Règlement  pour l’octroi des concessions, des cellules de colombarium et des cavurnes (petit caveau pour les urnes)
    Voir en annexe un extrait du règlement concernant les montants appliqués et les taxes. Certaines sont effectivement majorées, ce qui explique le vote négatif de Freddy Prouveur et l’abstention de Pascal Lamer.
    Vote:  1 non, 1 abstention et 7 oui.

    13. Désignation des membres du comité de sélection des projets dans le cadre du budget participatif
    4  Pour TP:  Stéphanie  Montulet, Alexandre Ferreira Marum,  Gersande Prignon-Blanchard,  Dominique Derauw.
    2 Pour IC :  Laurence Radelet et Suzanne Collet.
    Vote : 9 oui

    14. Désignation d’un(e) délégué( e) aux Assemblées générales d’ORES
    Sylvie Raquet a été désignée à Intermosane qui a fusionné en 2013 pour devenir ORES.
    Elle doit donc à nouveau être désignée pour ORES. Vote 9 oui.

    15. Approbation des ordres du jour des AG des intercommunales
    Vote : 9 oui.
    AIDE 14 déc, INTRADEL  17 déc , SPI 15 déc ,
    CILE 17 déc, CIESAC 15 déc., IDEN  21 déc
    ORES/INTERMOSANE 18 déc., FINIMO 22 déc.

    capture ecran 2015-11-24 à 22.01.02.jpgPoint d’informations
    Règlement de police concernant les chemins communaux. (F. Prouveur)

    Un recours déposé par un citoyen a soulevé un problème juridique qui impliquerait, pour la commune, de revoir son règlement de police, sans quoi elle s’exposerait  à des recours !
    Réponse du premier échevin, Pascal Lejeune: deux écoles juridiques s’opposent  à ce sujet et éventuellement, ce serait à un juge de trancher. En attendant, le règlement adopté a porté ses fruits et les chemins ont été remis en état (photo) par les propriétaires forestiers après des décennies d'impuissance!

    Prochain conseil: lundi 21 décembre à 18h (assemblées générales à 20h)
    Annexe, voir ci-dessous les montants et les taxes relatifs aux funérailles

    Chap. 1. Montant des redevances pour concessions de sépulture, de cellules de columbarium et de cavurnes.
    Art 1.  Les redevances pour les concessions de sépultures octroyées pour la première fois sont fixées comme suit :
    1) 70 € le mètre carré d’une concession octroyée pour une durée minimum de 10 ans et maximum 30 ans pour les personnes résidant sur le territoire de la commune au moment de la demande.
    2) 180 € le mètre carré d’une concession octroyée pour une durée minimum de 10 ans et maximum 30 ans pour les personnes ne répondant aux conditions de l’article 1-1)  ci-dessus.
    3) 300 € par emplacement, dans une cassette de columbarium, situé dans un cimetière de la commune et ce, pour une durée minimum de 10 ans et maximum 30 ans pour les personnes résidant sur le territoire de la commune au moment de la demande.
    4) 600 € par emplacement dans une cassette de columbarium, et ce pour un minimum de 10 ans et maximum 30 ans pour les personnes ne répondant pas aux conditions de l’article 1-3) ci-dessus.
    5) 200 € par emplacement, dans une cavurne, situé dans un cimetière de la commune et ce, pour une durée minimum de 10 ans et maximum 30 ans pour les personnes résidant sur le territoire de la commune au moment de la demande.
    6) 400 € par emplacement, dans une cavurne, situé dans un cimetière de la commune et ce, pour une durée minimum de 10 ans et maximum 30 ans pour les personnes ne répondant pas aux conditions de l’article 1-5)ci-dessus.
    7)
    10 € le mètre carré pour une concession en champ commun pour une durée de 5 ans pour les personnes résidant sur le territoire de la commune au moment de la demande.
    8) 20 € le mètre carré pour une concession en champ commun pour une durée de 5 ans pour les personnes ne répondant pas aux conditions de l’article 1-7) ci-dessus.

    Sont assimilées à des personnes résidant sur le territoire de la commune :
    - les personnes ayant résidé sur le territoire de Tinlot au moins 15 ans et ayant quitté la commune depuis moins de 2 ans au moment de la demande.
    - les personnes ayant résidé à Tinlot au moins 15 ans et quitté celle-ci pour une maison de retraite ou s’étant rapprochée d’un membre de la famille au 1er degré pour manque d’autonomie suffisante, au moment de la demande.

    Par « personne » à laquelle la concession, l’emplacement dans un columbarium ou une cavurne est accordée, il y a lieu d’entendre celle dont le corps ou les restes mortels seront inhumés ou déposés et non la personne effectuant la demande.
    Les montants réclamés sont dus par la personne qui introduit la demande de concession.
    Le renouvellement de la concession sera octroyé au tarif du jour de la demande diminué de 15 %.
    Le rachat d’une concession par la commune sera fixé au tarif du jour de la demande diminué de 50 %.

    Chap 2. Taxe sur les inhumations, exhumations, dispersions de cendres, mises en columbarium, mise en cavurne.
    La taxe ne s’applique pas à l’inhumation, la dispersion de cendre, la mise en columbium et la mise en cavurne :
    1° d’une personne inscrite ou se trouvant en instance d’inscription, au moment de décès, au registre de la population, des étrangers ou d’attente de la Commune de Tinlot ;
    2° d’une personne décédée ou trouvée morte sur le territoire de la Commune de Tinlot, quelque soit son domicile ;
    3° d’une personne indigente ;
    4° d’un militaire ou d’un civil mort pour la Patrie, d’un militaire ou d’un membre des services de sécurité décédé en service commandé ;
    5° d’une personne qui lègue son corps à la science ;
    La taxe est due par la personne qui demande l’inhumation, l’exhumation, la dispersion la mise en columbarium et en cavurne.

    La taxe est fixée à :
    - inhumation , dispersion de cendres, mise en columbarium et en cavurne : 300 €
    - à partir de la 2ème inhumation 50 € pour les personnes répondant aux conditions de l’article 1 1°,
    300 € dans les autres cas.

    - Exhumation de confort en caveau : 350 €
    - En columbarium : 50 €.
    -
    En cavurne : 90 €.
    -
    En pleine terre : 850 €
    - Dispersion avec pose de plaquette commémorative : 50 € pour les personnes répondant aux conditions de l’article 1 1°, 100 € pour les autres personnes.
    - Location caveau d’attente à partir de la 4ème semaine : 50 €/mois pour les personnes répondant aux conditions de l’article 1 1°, 100 €/mois pour les autres personnes.

    La présente délibération sera d’application à dater du 1er janvier 2016.

  • Jubilé de l'Abbé Rouschop samedi 6 juillet: merci et ”au revoir” René!

    1963-2013: 50 ans de prêtrise! Une église pleine à craquer samedi à Scry et plus de 300 personnes présentes pour fêter René Rouschop: 7 ans vicaire à Herve, 18 ans à Fraiture, 25 ans à Scry au Prieuré plus de nombreuses missions pour l'évêché comme aumonier de la  JRC, des Patros etc... Une fête à la hauteur donc pour le curé du secteur paroissial Nandrin-Tinlot. Des années de prêtrise avec le doyen André Vervier et Fernand Sprimont qui se sont répartis les 26 églises condrusiennes ces dernières années. Hasard du calendrier, les 3 prêtres quittent en même temps leur fonction et seront remplacés dès le premier septembre. André Vervier et René Rouschop quittent le Condroz pour une retraite bien méritée du côté de Herve et à Burnenville (Wavreumont) pour René Rouschop. C'était donc aussi une fête avec un petit goût de départ.

    Capture d’écran 2013-07-06 à 22.51.23.jpeg

    Capture d’écran 2013-07-06 à 22.56.05.jpeg

    Des félicitations chaleureuses  à la sortie de l'église sur la place de Scry pour René.
    En face de l'église, l'Espoir Scrytois avait dressé les buvettes en prévision de la brocante du 14 juillet et de la fête du 21 juillet. L'endroit était idéal et à l'ombre pour l'apéritif, ce qui a été apprécié par tous vu la chaleur régnant ce 6 juillet. Une belle collaboration à souligner. Car pendant ce temps les pelouses et la cour du prieuré étaient réquisitionnées par un barbecue pour 260 réservations!

    Capture d’écran 2013-07-06 à 23.10.29.jpeg
    Durant la cérémonie à l'église St-Martin, sous la houlette de Mr Josy Noiset, plusieurs intervenants ont pris la parole pour retracer la vie de René, Mr Denoël, président de la fabrique d'église de Scry, Mélody Blanchard et Albert Piters, membres de l'équipe relais, J. François Dedave, fondateur du Prieuré. Les uns et les autres ont su pointer quelques uns des événements significatifs du séjour de René dans notre Condroz.

    Capture d’écran 2013-07-06 à 23.04.27.jpeg

    Capture d’écran 2013-07-06 à 22.59.52.jpeg
    De droite à gauche: René Rouschop, le jubilaire. André Vervier, qui célébrera sa dernière Messe à Tavier fin septembre. Fernand Sprimont qui va rejoindre le doyenné Huy-Modave et le nouveau doyen d'Ourthe- Condroz, Jean-Pierre Leroy, présent à la fête.