Démocratie locale: la "tirette" sera obligatoire en 2018

Capture d’écran 2013-02-24 à 00.23.51.jpeg
Dans le Condroz on compte maintenant 3 femmes Bourgmestres: Caroline Cassart (1er mandat) à Ouffet, Jeanne Defays (1er mandat) à Modave et Cilou Louviaux (3eme mandat) à Tinlot. Sur la photo, de gauche à droite.

Aux élections communales et provinciales de 2018, en Wallonie, les listes en compétition auront l'obligation de respecter le principe de la « tirette ».
La tirette ?
C'est l'image assez parlante qui s'est imposée dans le débat pour évoquer la stricte alternance des hommes et des femmes dans l'ordonnancement des listes. Le principe vient d'être adopté le 19 février par le Parlement Wallon.
Le but est évidemment de promouvoir une participation accrue des femmes dans la démocratie représentative – elles demeurent en effet sensiblement minoritaires malgré d'incontestables progrès au cours des dernières années. Au lendemain du scrutin local de 2006, la proportion des femmes sur l'ensemble des élus n'atteignait pas 32 %. Ce taux est monté à 35 % en 2012. Le principe de la parité (ou plus précisément l'interdiction d'un écart supérieur à l'unité entre les candidats de chaque sexe) avait été imposé en 2002. Déjà adoptée par une ordonnance en Région bruxelloise, la tirette constituera donc, en Wallonie aussi, un pas supplémentaire vers un plus juste équilibre entre les hommes et les femmes.                                          
Capture d’écran 2013-02-24 à 00.17.53.jpeg
Voir l' article précédent sur ce blog.
Tinlot, Burdinne et Donceel sont les seules communes de la province avec 55% de femmes élues"

Photo: 3 femmes et 2 hommes dans le collège à Tinlot. Christine Gobiet (Présidente du CPAS), Cilou Louviaux (Bourgmestre), Christine Guyot (Echevine)

Les commentaires sont fermés.