Benoît Baltus fixé sur son sort le 11 juin.

L’assassin nandrinois demande sa libération

Déjà deux reports et toujours pas de décision. Le Nandrinois Benoît Baltus passait hier après-midi devant le Tribunal d’application des peines de Bruxelles, en vue d’obtenir une libération conditionnelle. «Le tribunal a demandé des éléments complémentaires. Une nouvelle audience aura lieu le 11 juin prochain», explique son avocat.

Capture d’écran 2013-04-24 à 11.27.31.jpegLe débat aura duré une heure. Et s’est conclu par une mise en continuation, soit un report d’audience. «Le tribunal souhaite des éléments complémentaires de la part du ministère public. De notre côté, le dossier est complet et je pense que nous apportons les éléments suffisants mais il a besoin de s’entourer de tous les éléments utiles pour prendre sa décision sur des bases saines. Nous n’y voyons pas d’objection, c’est assez fréquent dans ce type de dossier, et il est même préférable à mon client que le TAP soit parfaitement informé», commente Alexandre Wilmotte, avocat de Benoît Baltus.
Théoriquement, l’audience du 11 juin prochain devrait être la «bonne». Le tribunal tranchera ensuite en faveur ou non d’une libération conditionnelle, via un bracelet électronique.
Pour rappel, le fermier nandrinois avait été condamné à 30 ans de réclusion pour avoir abattu sa femme, Anne-Marie Prévot, de trois coups de fusil, en 2003.
La victime, la fille de l’ancien bourgmestre tinlotois Henri Prévot, avait été retrouvée morte dans la cuisine de la ferme que le couple exploitait à Villers-le-Temple. Benoît Baltus est actuellement incarcéré à la prison d’Andenne. Il a effectué le tiers de sa peine.  ANNICK GOVAERS. La Meuse du 24/4.

Les commentaires sont fermés.