Tinlot, 15% d'habitants seniors en 2010, 23% en 2040! Un enjeu important pour les politiques communales

EN 2040, il y aura deux fois plus de seniors chez nous.
A Huy-Waremme, les plus de 66 ans passent de 28.388 à 54.346 en 2040.
Conséquence du progrès médical couplé à l’amélioration des conditions de vie, le vieillissement de la population au niveau national se constate également dans notre région. A Huy-Waremme, il se fera même davantage sentir puisque nous nous situerons au dessus de la moyenne belge (23 % au lieu de 20 %) ! D’ici 2040, plus d’une personne sur cinq aura de plus de 65 ans, dans notre arrondissement. Les + 90 ans vont plus que tripler.

Les décennies à venir vont voir le nombre de personnes âgées continuer à s’accroître.
Dans l’arrondissement de Huy
(Amay, Burdinne, Clavier, Ferrières, Hamoir, Héron, Huy,
Marchin, Modave, Nandrin, Ouffet, Verlaine, Villers-le-Bt, Wanze, Anthisnes, Engis, Tinlot), on comptait, en 2010, 15 % d’habitants seniors. Le pourcentage grimpe à 23 % en 2040.
Dans le détail, on observe 4.061 personnes âgées de 65-69 ans en 2010. Dix ans plus tard, il y en aura 2.600 de plus (6.694) et en 2040, leur nombre grimpera à 7.604. Même tendance pour les 70-79 ans qui, de 7.474 en 2010, monteront à 13.578 ! Idem pour les 80-89 ans (4.459 en 2010, 8.301 en 2040). On passe donc du simple au double, pour toutes les tranches d’âges supérieures à 65 ans. Voire même au triple en ce qui concerne les + 90 ans : 505 en 2010, 1.745 en 2040.

Capture d’écran 2013-07-22 à 16.53.51.jpeg
 Dans l’arrondissement de Waremme
(Berloz, Braives, Crisnée, Donceel, Fexhe, Geer, Hannut, Lincent, Oreye, Remicourt, St- Georges, Waremme, Wasseiges, Faimes), même constat. 16 % de seniors en 2010, contre 23 %
en 2040. Les 65-69 ans passent de 2.853 en 2010 à 5.613 en 2040. Les 70-79 ans de 5.470 à 10.058. Les 80-89 de 3.198 à 6.031. Et les + de 90 ans de 368 à... 1.216 ! Soit le triple, encore une fois. Outre les pensions (versées par le fédéral), le vieillissement de notre population soulève les problématiques du logement et de la mobilité, en passant par l’éventail de services sociaux et d’institutions de soins. Les autorités communales seront aux premières loges pour y répondre...
L’impact financier au niveau local risque donc d’être important, tant au niveau des recettes (moins d’impôts sur les revenus, puisque davantage de pensionnés) que des dépenses (nouveaux services d’aide à la personne, extension et modernisation des maisons de repos, adaptation des infrastructures etc.).
D'après l'article d' ANNICK GOVAERS (La Meuse du 17 mai)

Les commentaires sont fermés.