Faut-il avoir peur des méchants Lego?

Les enfants qui grandissent avec des Lego aujourd’hui se souviendront non seulement des sourires, mais aussi de la colère et de la peur sur les visages des minifigures.» C’est une des conclusionsl ivrées par une enquête insolite, qui cerne l’évolution des minois des figurines entre 1975 et 2010. (Le Soir du 15 juin)

Capture d’écran 2013-08-01 à 12.47.19.jpeg« Depuis 1989, le nombre de visages amicaux et souriants a diminué alors que ceux exprimant des émotions négatives sont de plus en plus légion »,  avance le docteur Christophe Bartneck, de l’université de Canterbury (Nouvelle-Zélande). Quel drame s’est joué dans la communauté Lego pour que ses héros de plastique aient perdu leur sourire figé au profit d’expressions terrifiantes ? Nul ne le sait, mais d’après l’enquête néo-zélandaise, cette atmosphère agressive influencerait la manière dont jouent les enfants et aurait même un impact sur leur développement psychique. Devons-nous pour autant nous morfondre d’inquiétude pour nos bambins ?
Rien n’est moins sûr car le scientifique est membre d’un fanclub de ces figurines. Il édite même tous les ans un guide des personnages Lego. Lorsqu’on laisse la parole à un véritable expert du développement de l’enfant, ce dernier sourcille à peine : " Je ne vois rien d’inquiétant à ce que l’enfant ne refoule pas son agressivité et qu’il la laisse se développer dans les jeux" rassure Jean-Yves Hayez, pédopsychiatre et professeur émérite à l’université catholique de Louvain.  L’agressivité est une dimension de l’être qu’il est utile d’avoir dans une certaine mesure. »
Du côté des parents, la confiance est de mise. Les ventes de la firme danoise enregistrent même en ces temps de crise une progression non négligeable. 
Extrait de l'article de UGO GUILLET (st.)

Les commentaires sont fermés.