L'ancien ministre libéral, Pierre Hazette, au rendez-vous du livre à Tinlot le 30/11

Vendredi 30 novembre à 20h, à l'Espace Intergénérationnel rue Malplaquaye,  le Comité Culturel, avec le soutien de la Commune de Tinlot, vous invite à son 3ème rendez-vous du livre.

Capture d’écran 2013-11-25 à 20.07.20.jpegPierre Hazette est né le 15 mars 1939 à Marneffe, petit village de la Hesbaye hutoise. Ses parents, Jean Hazette et Denise Mahia, y tenaient un commerce de peintures et décoration.
Dès la fin de son service militaire, Pierre Hazette enseigna les langues anciennes dans les classes terminales à l'Athénée d'Andenne d'abord, puis à Huy (Lycée et ITCF) et enfin à l'Athénée de Waremme.
Echevin  à Braives, Député Fédéral  et Régional, Sénateur libéral (PLP, PRLW, MR), Pierre Hazette fut ensuite e Ministre de la Communauté française chargé de l'Enseignement secondaire, des Arts et des Lettres puis  de l'Enseignement secondaire et de l'Enseignement spécialisé.

porte drap12 - copie.JPG

Pierre Hazette en 2004 à Tinlot, à une manifestation des Porte-Drapeau du Condroz, à quelques mètres de l'Espace Intergénérationnel où il sera l'écrivain à découvrir ce vendredi.

Capture d’écran 2013-11-26 à 08.37.57.jpegHaïr César ? et Perdition
Pierre Hazette, latiniste de formation, dans son roman publié en 2011 Haïr César ?, part d'une anomalie qu'il a détectée dans les Commentaires sur la Guerre des Gaules. Il s'agit du double génocide que le conquérant romain inflige au royaume éburon. Pourquoi un second génocide quand, de l'aveu même de César, le massacre de la cinquième année de guerre n'a laissé aucune trace de vie sur la terre gauloise. Pierre Hazette ne croit pas au prétexte avancé par César : la traque d'Ambiorix ne peut justifier le déploiement des légions pendant la dernière année de guerre. Le mobile le plus vraisemblable est la quête insatiable de l'or qui guide le chef des armées romaines. César échoue. Le trésor des Eburons reste inviolé. Sous la plume de Pierre Hazette, la fiction s'emploie à combler les lacunes de l'histoire. (Photo WKP, la Statue d'Ambiorix à Tongres). Lire la suite ci-dessous.

En 2013, l'auteur ne lâche pas le sujet mais il le présente sous un autre jour. Son roman Perdition débute dans les rues de Liège en 2011. On y rencontre un professeur d'université, victime d'un maître chanteur libanais, contraint d'entraîner ses étudiants dans la recherche du trésor des Eburons. Les voilà près de la campagne des Sarrasins, à Braives, le long de la Chaussée Romaine, la route la plus médiatisée de Belgique. Le chantage conduit au meurtre, le meurtre à l'enquête policière, l'enquête conduit les policiers au Liban, et pendant ce temps les étudiants cherchent. Et qui cherche trouve! Pour Pierre Hazette, l'alchimie fonctionne à rebours de la légende: c'est l'or qui transforme l'homme et non l'alchimiste qui fait de l'or avec du plomb.
L'histoire —ce n'est pas son moindre intérêt- ouvre de nombreuses fenêtres sur l'audace des jeunes, l'avenir de l'agriculture, les richesses de la pensée antique, les progrès foudroyants des technologies de la communication, les mystères du Liban, les coulisses du conflit syrien ou des printemps arabes, les frustrations des minorités dans la nouvelle Europe.
Haïr César ? et Perdition sont deux romans qui, à deux millénaires d'intervalle, tiennent en haleine et suscitent mille réflexions.

Les commentaires sont fermés.