Les autorités ont fait le point sur la vague de criminalité qui effraie les Anthisnois. 300 personnes étaient présentes

Une chose est certaine : les Anthisnois se sentent tous concernés par les vols qui s’abattent sur leur commune. Ils étaient environ 300 à s’être déplacés au château de l’Avouerie pour la réunion d’information, mise en place par la police et les autorités locales. Le moment idéal pour faire le point sur ces cambrioleurs qui agissent en bandes organisées et sèment la terreur dans la population. (Article de Déborah Toussaint dans la Meuse du 28/11)

Capture d’écran 2013-11-30 à 23.47.43.jpeg« Même si c’est vraiment manifeste ici, les vols ne sont pas particuliers à Anthisnes. Cela se produit dans d’autres communes. Ce sont plusieurs bandes des villes proches, qui écument notre région. Ce sont vraiment des associations bien organisées, mafieuses. Pas de petites frappes ». Voilà les habitants prévenus. « Il ne faut donc, par exemple, pas faire des patrouilles, s’armer, ou arrêter des gens vous-mêmes. Ce sont des personnes qui ne se laissent pas prendre ». Le chef de zone du Condroz, Philippe Prévot, et le commissaire, René Durieux, approuvent les propos du bourgmestre Marc Tarabella. Bon conseil : inutile d’affronter ces malfrats qui se sont avérés dangereux lors des arrestations. Car oui, des interpellations, il y en a eu 27 depuis le début de l’année, contre 63 cambriolages commis dans la commune. «Avec l’appui d’autres zones de police, de la police fédérale et des autorités judiciaires, les enquêtes ont pu aboutir sur des interpellations. Ce mois-ci, il n’y a eu que trois vols sur Anthisnes. Les actions portent leurs fruits », a indiqué René Durieux. (A gauche sur l'image, aux côtés de Philippe Prévot et de Marc Tarabella)

Capture d’écran 2013-11-30 à 23.54.56.jpeg

Légitime défense. Le mot d’ordre: proportionnel
Ce mercredi, une des grandes questions des habitants portait sur la légitime défense. Extrait : «Je suis porteur d’un permis d’arme, puis-je l’utiliser ? », « Si le cambrioleur nous menace, que faire ? » ou encore « Si mon chien attaque les voleurs, suis-je responsable ? ». Chaque fois, le chef de zone a répondu de la même manière : tout est une question de proportionnalité, lorsqu’il est question de légitime défense. Par exemple, si un voleur vient vers vous, se montre menaçant, il faut réagir en conséquence. Vous ne pouvez pas tirer avec
votre pistolet si le voleur vous a « simplement » donné une gifle!

EN CHIFFRES
> 6.800 : le nombre d’heures prestées par la zone de police du Condroz pour contrer la problématique des vols. Ces heures sont réparties sur toute la zone. Il s’agit de patrouilles et d’opérations menées.
> 63: le nombre de vols qualifiés (cambriolages) qui se sont déroulés sur la commune d’Anthisnes en 2013, mois de novembre compris. Il n’y en a eu que trois depuis début novembre. Une nette diminution.
> 15 cambriolages seulement ont été constatés l’année passée à Anthisnes.
> 27 interpellations ont eu lieu sur ce dossier des vols. Les interpellations se sont effectuées dans différents arrondissements, pas que dans le Condroz. l

PARTENARIAT LOCAL DE PRÉVENTION
« Il ne faut pas jouer les shérifs ratés ! »

La police a proposé aux citoyens de faire un partenariat local de prévention. Cette circulaire ministérielle vise à une meilleure communication entre les riverains et la zone de police. Ce point a été, de nouveau, proposé lors de la réunion de ce mercredi soir. La police, comme le bourgmestre, pense que ce partenariat pourrait être proposé dans différents villages, vu l’étendue de la commune d’Anthisnes. Par exemple, si un habitant de Hody voit des agissements suspects, il peut prévenir les forces de l’ordre en composant le 101. Mais attention, il faut que les informations soient pertinentes. «Et ce ne doit pas être destiné aux shérifs ratés », a commenté le mayeur. Pas question donc de faire des rondes, arrestations… soi-même ! D.T

Les commentaires sont fermés.