Radars wallons, le cap des 200.000 flashs a été franchi. L'Etat a récupéré 430 millions d'amendes pénales en 2013

L’année dernière, les radars de la police fédérale sur les autoroutes wallonnes et les routes régionales ont flashé 205.473 véhicules contre 196.451 un an plus tôt. Il n’y avait eu que 117.830 procès-verbaux en 2011 et 50.770 en 2010.

La Région aura sa centrale d’achats
Le Service public de Wallonie met la dernière main à un cahier des charges fixant le cadre pour l’acquisition des prochains radars. Ceux-ci devraient surtout concerner le réseau secondaire.

Capture d’écran 2014-02-03 à 18.07.10.jpeg«Une quarantaine de lieuxdangereux y ont été localisés. La Région paiera le boîtier aux polices locales qui installeront un radar dans ces zones à risque », indique la porte-parole de Carlo Di Antonio, le ministre wallon en charge de la Sécurité routière.
Pour les polices locales qui souhaitent s’équiper en dehors d’une zone à risque, une centrale d’achats va être créée d’ici l’été. Les producteurs d’équipement pourront lui remettre des propositions de prix. «L’idée est de
faire jouer la concurrence et d’obtenir des prix plus bas que si une police locale lançait son appel d’offres
de manière isolée »

L’État a récupéré 430 millions en 2013

Les infractions routières ne constituent qu’une partie des amendes pénales. Les tribunaux en prononcent pour d’autres délits. En 2013, l’argent des contrevenants de tous poils est entré à flots dans les caisses de l’État. Selon les chiffres que nous a communiqués le SPF Finances, le total des amendes pénales s’est élevé à 430.811.559 d’euros.

Capture d’écran 2014-02-03 à 18.04.37.jpegL’année dernière, près de 48 millions de plus (+12,6 %) que les 382.421.036,56 euros obtenus en 2012. Ces chiffres concernent l’ensemble de la Belgique. Jusqu’à présent, les montants étaient relativement stables d’une année à l’autre : 387,7 millions en 2011 et 368,5 millions d’euros en 2010.
La forte hausse des amendes perçues en 2013 s’explique par deux raisons. D’une part, le nouveau logiciel Stimer qui permet de récupérer automatiquement des amendes n’avait pas fonctionné au mieux en 2012, contrairement à 2013. «Et puis, il y a eu l’effet de la Balance fiscale », explique Florence Angelici, porte-parole du SPF Finances.
En 2013, la loi a changé. L’État peut récupérer sur les remboursements des impôts (IPP) le montant des amendes non réglées par les contribuables. Les personnes sont prévenues
par courrier que le montant annoncé par l’avertissement-extrait de rôle sera ponctionné de la somme en souffrance.
Le total des amendes perçues en 2013 comprend les amendes de condamnation (68,8 millions d’euros dont
56,2 des tribunaux de police compétents pour les matières de roulage), 79 millions pour les versements transactions (souvent des amendes routières) et 282 millions pour des perceptions immédiates.
Une partie de l’argent des amendes va à un fond de la sécurité routière destiné à équiper les unités de police. Le reste est versé au budget global de l’État. Yannick Hallet.(Extraits de l'article publié dans la Meuse du 30/03/2014) Photo VR et DG

Les commentaires sont fermés.