Tinlot, comment ne pas refuser le SDER qui ignore même la "liaison Tihange-Tinlot"?

Un seul exemple à retirer du conseil communal du 24 février suffirait sans doute à faire comprendre l'unanimité tinlotoise contre le projet de Schéma de Développement d'Espace Régional, tel qu'il a été proposé par la Wallonie: c'est tout simplement l'absence de la liaison Tihange-Tinlot et la carte blanche représentant les communes du Condroz.
Le SDER va fixer les priorités de développement sur le territoire wallon, pour les 20 prochaines années.Il est donc logique que les moyens, de plus plus réduits dont dispose la Wallonie, y soient affectés en priorité. Plusieurs conseillers ont de plus souligné que l'enjeu qui sous-tendait ce projet était la mobilité. Et c'est justement là que le problème se pose pour le Condroz et Tinlot particulièrement. 
Les 3 pôles de développement dont le Condroz (inexistant pour le SDER) va dépendre sont: Huy, Marche et Ciney. Comment imaginer que Ciney ou Marche puisse mettre Tihange-Tinlot dans ses priorités?  Quant à la ville de Huy, on pourrait au mieux peut-être imaginer terminer la liaison jusque Strée, ce qui satisferait simplement à la nécessité de dégager Tihange en cas d'incident à la centrale et surtout de désengorger la ville.

Capture d’écran 2014-02-25 à 20.02.08.png
Un Schéma de Développement en cul de sac pour le Condroz, à l'image du rond-point de Saint Vitu?

Revoici donc nos commune Condrusiennes dans un cul-de-sac, au centre d'un trafic ingérable et qui ne gêne en rien les 3 pôles dont nous dépendons. Cela signifie aussi que les moyens nécessaires aux ronds-points prévus sur la route du Condroz, mais toujours sans budget à ce jour, risquent de reculer dans la liste des priorités. Le calvaire des riverains de Scry, la sécurité dans le centre de Soheit-Tinlot risquent donc d'être oubliés car "hors priorité" (De même que les Modaviens et d'autres). Il a fallu des morts à Scry en 2012 pour obtenir un aménagement provisoire avant des élections. Depuis des années, aucune mesure n'est prise en prétextant la fameuse liaison. Cette situation devient inqualifiable. Le projet du SDER fait donc craindre maintenant un isolement des Condrusiens  qui vont devoir compter sur leurs propres ressources.
Voilà sans doute une réflexion à approfondir en vue des prochaines élections. En terme de responsabilité politique, la liaison Tihange-Tinlot est sans doute le mauvais exemple à ne pas suivre, mais à remettre une fois de plus à l'ordre du jour.
Ce texte n'est bien sûr qu'un commentaire personnel à propos du débat sur le SDER à Tinlot et dans le Condroz.
Alain Louviaux.

Les commentaires sont fermés.