Omnisports. Pierre Close, le coach de nos champions et du Fraiturois Pierre Beaufort

Pierre Close, un nom qui ressort de plus en plus souvent dans la bouche de nos sportifs régionaux. Et pour cause, ce médecin, spécialisé dans le physique et la rééducation, s’avère également être coach, son « hobby» comme il le dit. «Je m’occupe des problèmes moteurs en général, des blessés du sport. J’ai également une formation de kinésithérapeute », explique celui qui exerce sur les hôpitaux Saint-Joseph de Liège et Notre-Dame à Hermalle. Sportif aguerri, Pierre Close, a toutes les armes en main pour guider ses poulains dans leur préparation. «J’ai moi-même pratiqué le triathlon. En 2004, j’ai participé à l’Ironman de Francfort et j’ai obtenu ma qualification pour les mondiaux de Hawaï, tout comme Pierre Beaufort, que vous avez rencontré récemment. Malheureusement, j’ai dû arrêter en 2008 à cause d’un problème cardiaque. C’est à partir de ce moment que j’ai commencé à coacher. »

capture ecran 2014-07-20 à 15.51.01.jpgCet amoureux du sport nous avoue que s’il avait un choix à faire, celui-ci serait facile. «Si je pouvais choisir entre mon métier actuel de médecin et celui de coach sportif, je choisirais le second. La raison est financière, ma passion s’avère beaucoup moins rentable que mon travail. Heureusement pour moi, j’ai plus ou moins réussi à allier ma vie professionnelle avec mon attachement pour le sport. » Aujourd’hui, c’est une vingtaine de sportifs qui profite du coaching de Pierre Close. «Je leur donne des consignes pour leurs entraînements et selon le temps dont ils disposent, des techniques plus poussées. Comme vous l’avez mentionné dans votre article sur Pierre Beaufort, on travaille sur l’avant, le pendant et l’après course. Je calcule leur pic de forme. Il s’agit du moment ou leur condition physique est optimale. Pour un Ironman, je vais préparer un sportif pendant plusieurs mois. Quelques semaines avant la course, on passe par l’affûtage. L’athlète doit se reposer, physiquement il est prêt mais il manque de fraîcheur, c’est tout l’intérêt de cette phase. »

La réputation du médecin auprès de ses protégés n’est plus à faire, tous ceux que nous avons eu l’occasionde rencontrer sont redevables du travail qu’il effectue.Outre les résultats positifs qui découlent de ses recommandations, son implication a contribué à forger sa popularité. «Quand un de mes poulains réalise une performance, qu’il atteint ses objectifs, je vis son résultat comme une victoire.» On comprend mieux d’où vient la reconnaissance perçue chez les membres de son équipe. BENOÎT COCHIN. La Meuse du 16 juillet

L’APPROCHE PSYCHOLOGIQUE
« Un sportif bien dans sa tête est meilleur »
Le travail d’un coach sportif ne se limite pas qu’à la préparation physique, il existe également une approche psychologique. «Un sportif qui est bien dans sa tête, concentré et en confiance, réalisera automatiquement de meilleures performances, mon travail est donc aussi d’ordre psychologique.»

capture ecran 2014-07-20 à 15.51.14.jpgLa
relation coach/sportif est donc toute particulière. «Cela dépend des sportifs dont je m’occupe, avec certains nos rapports sont très professionnels. Avec d’autres, le temps a transformé notre relation en amitié. J’essaye d’assister le plus souvent possible aux compétitions sur lesquelles sont inscrits mes sportifs, par exemple, j’étais à Francfort dimanche dernier. J’aime réunir mes sportifs de temps en temps pour faire des séances collectives, ou des repas de fin de saison. C’est important qu’ils ressentent un certain degré d’appartenance à un groupe, cela peut amener un sportif à se surpasser », conclut Pierre Close. B.C.

Les commentaires sont fermés.