Taxes et hausses d’accises prévues en janvier

capture ecran 2014-12-28 à 10.15.05.jpgEn plus de la hausse des accises sur le diesel, qui interviendra l’an prochain. Le Parlement a également voté une série de textes, en cette fin de semaine, qui bétonnent une autre kyrielle de mesures.
L’une d’elles concerne l’épargne-pension. La taxe de 10 % qui la concerne sera désormais perçue de façon accélérée sur tout ce qui aura été cotisé avant fin décembre de cette année. Du total en question, 1% sera retiré chaque année, de 2015 à 2019, pour atteindre 5% au final. En contrepartie, le solde restant au moment de la percevoir ne sera plus taxé à 5% mais à 3 %. Bref, au total on vous en aura repris 8% au lieu de 10 %, ce même taux réduit restant appliqué à tous les versements supplémentaires qui viendront à partir de janvier.

Si vous jouez en bourse, vous savez que la TOB (taxe sur les opérations de bourse) avait temporairement été augmentée en 2012 par le gouvernement Di Rupo. Cette hausse devient permanente. Les pourcentages et les plafonds seront par ailleurs également revus.

En matière d’accises, il n’y a pas que celles sur le diesel qui vont augmenter. Ce sera aussi le cas de celles sur les cigarettes et sur l’alcool, à l’exception de la bière. Mais l’immunisation de cette dernière sera compensée par une hausse plus forte sur le vin. La hausse correspondra à 0,27 %.

De leur côté, les salaires bénéficieront dès janvier d’une hausse des frais forfaitaires déductibles répercutée dans les précomptes. Ce sera le cas en 2015 et 2016, pour offrir à terme un gain net de 276 euros par an en moyenne, promet le gouvernement. Et moins vous gagnez, plus ce sera conséquent. Exemple : pour un salaire de 1.900 euros net, le gain sera de 338 euros par an.
GEL DES BARÊMES. Mais en contrepartie, ces mêmes salaires seront frappés d’un saut d’index (celui qui devait intervenir en juillet), de même que d’un nouveau gel. Ajoutez-y également la non-indexation des barèmes fiscaux, qui fera en sorte que toute hausse salariale (par une promotion, un nouveau job, ou la hausse du
salaire pour ceux qui bénéficient d’une progression barémique) sera davantage taxée que par le passé. l
CH. C. (La Meuse du 20 décembre 2014)

Les commentaires sont fermés.