Les "évacués français de 1917", appel aux souvenirs des anciens

capture ecran 2015-02-04 à 11.49.31.jpg

Je suis passionné d'histoire régionale, surtout sur le Condroz.
Lors de l'inauguration des travaux d'agrandissement et de rénovation de l'école communale de Tinlot dans le village de Fraiture, je suis tombé, dans les divers souvenirs présentés, sur un vieux registre de fréquentation scolaire.

capture ecran 2015-02-04 à 11.50.47.jpg

A ma grande surprise, j'ai découvert pour l'année 1917, sur la page de gauche, l'arrivée de 12 élèves nés en 1905 et 1906, et indiqués comme "Evacués Français".

 

capture ecran 2015-02-04 à 11.53.39.jpg

Sur la page de droite, on y indique qu'ils sont arrivés le 29 mai 1917. On remarque également qu’un de ces évacués est reparti le 29 juin 1917, que 2 autres sont reparti le 24 novembre 1917,  6 le 15 décembre 1917, 3 le 29 décembre 1917 et enfin le dernier le 30 septembre 1918!

En regardant de plus près, on remarque que ces enfants sont tous âgés de 11 à 12 ans. Il n'y a pas de plus jeunes, ni de plus âgés! Pourquoi ne sont-ils pas tous retournés à la même époque?
Ces enfants sont-ils venus avec leurs parents? Mystère! Si oui, on suppose qu'ils étaient logés parmi la population de Fraiture. Combien, dès lors, Fraiture a-t-il reçu d'habitants en plus? Cet apport était-il réglementé par une administration ( la Province par exemple)
De quelles localités de France venait-ils? Si on regarde les lieux de naissance et si on suppose que à l'époque, on ne bougeait pas beaucoup, on retrouve les localités suivantes: Crécy-sur-Serre, Laon, Fonsomme, Surfontaine, Renausart et Beautor.
En consultant Wikipédia, nous apprenons que toutes ces localités sont située en Picardie, dans le département de l'Aisne. 3 localités sont situées dans l'arrondissement de Laon et la 3 autres dans l'arrondissement de Saint-Quentin. Venaient-ils tous du même village?
Il semble que l'évacuation d'une nombreuse population d'une partie de l'Aisne, de la Somme et de l'Oise soit due au repli stratégique, en mars 1917, de l'armée allemande sur la ligne Hindenburg, appuyée sur le canal de Saint-Quentin.
Espérons que des souvenirs des plus anciens de Fraiture remonterons à la surface pour donner un peu plus de corps à ce point de notre histoire régionale.
Je suis bien entendu intéressé d'obtenir tout renseignement qui pourrait compléter ma documentation.
D'avance merci.
Marcel PONTHIER
rue de la Vieille Forge, 11
4557 FRAITURE
0495 / 93 64 32

Les commentaires sont fermés.