Tinlot-Ouffet. Deux braconniers surpris par l’unité anti-braconnage

Dans la nuit de mercredi à jeudi, deux braconniers sont été surpris à Ellemelle (Ouffet) par des agents de l’unité anti-braconnage. Dans leur 4X4, les agents ont notamment retrouvé des armes de chasse chargées et du matériel servant à attraper le gibier, mais pas d’animal mort. Les deux braconniers ont été appréhendés sur un terrain dont le droit de chasse appartient au Tinlotois Yann Cuvellier.

capture ecran 2015-03-17 à 10.42.44.jpg«HEUREUX ET SOULAGÉ»
«Je suis heureux et soulagé qu’ils aient été appréhendés. Ce n’est pas facile de tomber dessus. Nous leur avons tendu plusieurs fois un piège, mais cela n’a jamais marché. Cette fois, ça y est!», se réjouit-il. Cela fait plusieurs mois, voire plusieurs années, que Yann Cuvellier se dit victime de faits de braconnage: «Régulièrement, j’observe des traces de 4X4 ou de quads dans les champs où je chasse. Il y a peu de temps, j’ai vu une mare de sang sur ma propriété et il y a au moins huit chevreuils que je croisais régulièrement qui ont disparu.»
Yann Cuvellier chasse depuis l’âge de 12 ans. Cet ingénieur de 59 ans, ancien chef d’entreprise aujourd’hui à la retraite, loue une chasse d’environ 500 hectares qui s’étend de Fraiture à Ouffet. Chasseur passionné, il est révolté par le braconnage: «Je suis chasseur, mais je suis aussi un amoureux de la nature. La chasse est strictement réglementée, on peut uniquement tirer le chevreuil entre le 1er octobre et le 31 décembre, entre le lever et le coucher du soleil. Si jamais j’ai un mauvais angle de tir et que la bête risque d’être blessée, plutôt que d’être tuée, je ne tire pas. Les braconniers, eux, ils agissent n’importe quand et n’importe comment.

capture ecran 2015-03-17 à 10.47.31.jpgEN PLEINE PERIODE DE GESTATION POUR LE GIBIER
Actuellement, on est en pleine période de gestation. Les chevrettes vont mettre bas au mois de mai, comme elles ont besoin de beaucoup de nourriture et que l’on est hors période de chasse, elles sont moins méfiantes. Les braconniers en ont sans doute profité pour les piéger avec leur gros spot en pleine nuit. C’est honteux !»
Les agents de l’unité anti-braconnage sont assermentés et disposent d’un pouvoir de police.

LA SUITE DEVANT LA JUSTICE
L’interpellation de la semaine dernière devrait donc déboucher sur une procédure pénale. Scandalisé par les faits, Yann Cuvellier compte également déposer plainte et a écrit au procureur du Roi de Huy pour dénoncer les faits: «Je ne veux pas laisser passer ça». A. BT (La Meuse du 17 mars)

BON A SAVOIR: l'unité anti-braconnage en bref
L’unité anti-braconnage est constituée d’agents assermentés qui ont un pouvoir de police. Ils peuvent donc dresser des p.-v. qui sont transmis au procureur du Roi. Ce dernier détermine ensuite le type de poursuite à appliquer. L’unité anti-braconnage est active dans la chasse illégale de gros gibier, mais pas uniquement. Les agents peuvent aussi intervenir pour des faits de tenderie, mais aussi en matière de pêche. La pêche, tout comme la chasse, est strictement réglementée: ceux qui taquinent le poisson en dehors des périodes autorisées s’exposent à des poursuites. A.BT

Les commentaires sont fermés.