La région de Huy, 1ère victime des vols

Les chiffres peuvent nous en révéler beaucoup sur le travail quotidien des protagonistes de la Justice. En 2013, les statistiques de l’arrondissement de Liège nous apprennent que les principales préventions enregistrées sur le territoire de la division de Huy (en ce qui concerne le tribunal correctionnel) sont les vols. Ils représentent plus de 35 % des affaires enregistrées. À l’inverse, c’est chez nous que l’on observe le plus faible pourcentage de faits de viols et attentats à la pudeur. Ces deux constations se confirment aussi lorsqu’on compare ces chiffres avec l’ensemble des provinces de Liège, Namur et Luxembourg.

FLUX D’ENTRÉE DES AFFAIRES AU COURS DE 2013
POUR L’ARRONDISSEMENT JUDICIAIRE

capture ecran 2015-03-24 à 10.07.03.jpg

DES DÉNOUEMENTS VARIÉS.
En 2013, plus de 67 % des dossiers classés sans suite.
Chiffre qui peut paraître étonnant pour les non-initiés en la matière : les dossiers classés sans suite. Ceux-ci s’élèvent à 67.8 %, dans la division de Huy. Car le classement sans suite est une décision qui revêt un tas de

réalités. Dire que c’est classé « sans suite », ne veut pas dire que rien n’a été opéré. L’auteur de l’infraction peut, par exemple, avoir indemnisé sa victime et, dès lors, il n’est pas toujours opportun que l’affaire arrive
devant un tribunal. D’autres réponses peuvent aussi être envisagées, notamment pour les jeunes mineurs.
Parmi les statistiques disponibles sur le site du ministère public, on retrouve les chiffres liés aux diverses raisons de ces classements. Ainsi, 44 % de ces cas découlent majoritairement du fait que l’auteur de l’infraction est soit inconnu ou, plus rarement, décédé.
Une fois que l’auteur est identifié, faut-il encore que cela soit suffisant. En 2013, dans 14 % des cas, il s’est avéré que l’infraction n’était pas fondée ou inexistante et que, pour 11 % des dossiers, les charges à l’encontre de l’auteur potentiel sont insuffisantes.
Enfin, n’oublions pas que, là où tout coince, la Justice est en manque de moyens et d’effectifs. Elle ne sait donc plus prendre en charge tous les dossiers et doit se concentrer sur les priorités, soit souvent les dossiers
visant notamment les faits violents et qui portent atteinte à la société, qui troublent l’ordre public.

Huy-Waremme en chiffres

Depuis la réforme de la Justice, le 1er avril 2014, le paysage judiciaire affiche un tout autre profil. Chez nous, les anciens arrondissements, aujourd’hui appelés «divisions», de Liège, Huy et Verviers ont été fusionnés.
S’ils sont proches géographiquement, ils présentent pourtant des réalités criminelles et contextuelles bien différentes.

* 150.339  personnes composent la population totale de la division de Huy en 2013, contre 653.479 à Liège et 207.821 à Verviers.
* La superficie du territoire à couvrir, en kilomètres carrés, s’élève à 873 pour Huy, 973 pour la division de Liège et 1.163 pour Verviers.
* En matière de densité de population, cela représente donc un taux de 172 habitants au km2 à Huy contre 672 à Liège et 179 à Verviers.
Extraits des articles de E.D dans la Meuse du 23 mars

Les commentaires sont fermés.