Football. Ouffet Warzée repart quasiment de zéro pour une nouvelle saison

capture ecran 2015-06-24 à 09.28.15.jpg
Ouffet-Warzée repart quasiment de zéro pour cette nouvelle saison en troisième provinciale. Le club s’est en effet doté d’un nouvel entraîneur, Philippe Hubar, qui coachait auparavant les U21, et d’un noyau totalement remodelé. «Les joueurs de l’année passée ont décidé de nous quitter. Philippe est venu avec un beau projet et a décidé de rajeunir le noyau. Il a repris des juniors, certains ont déjà aidé l’équipe première la saison passée. Le recrutement s’est aussi axé sur de jeunes joueurs », explique le président ouffetois Gérard Lambotte. Malgré ce groupe très jeune et qui manque certainement d’expérience en troisième provinciale, le président reste optimiste. «Je pense que l’on peut faire mieux que l’année passée. Terminer 8e serait donc bien. J’ai confiance en notre équipe, surtout que deux clubs de la série viennent encore de monter en P2, à savoir Hermée et Templiers. Le niveau a donc encore diminué. »

LE COACH RESTE PRUDENT L’entraîneur Philippe Hubar est quant à lui un peu plus prudent au niveau de ses ambitions pour son retour à la tête de l’équipe première. «Nous visons clairement le maintien. Mais qui sait, je referai peut-être la même chose qu’il y a trois ans. J’avais alors repris l’équipe en mars et je l’avais amenée au tour final. Un premier bilan sera réalisé après trois ou quatre matches de championnat. J’y adapterai alors peut-être notre façon de jouer. »
Le T1 se lance donc un nouveau challenge avec une équipe qu’il a pu confectionner selon ses désirs. «Je relève un défi intéressant avec des jeunes. Je les ai quasi tous connus dans les équipes d’âge. Ils sont tous motivés et ce sont tous des gars qui savent jouer au foot. Mais ils vont certainement manquer d’expérience. C’est là le gros souci, d’où l’importance d’encore attirer quelques joueurs plus âgés dans le noyau. Nous aimerions encore au minimum un défenseur, un avant et un gardien de but », conclut Philippe Hubar. l
CÉDRIC WILLEMS. La Meuse du 24 juin

Les commentaires sont fermés.