Avant l'ouverture du Carrefour à Tinlot, les travaux ont débuté au futur Okay (Colruyt) de Nandrin

D’ici quelques mois, une nouvelle grande surface verra le jour route du Condroz, à côté de la maison de repos Jour de Mai. Après un Delhaize, un Intermarché, un Aldi (à Tinlot), voici un Okay du groupe Colruyt à Nandrin avant l’implantation d’un Carrefour (à Tinlot). Les nombreux peupliers de la parcelle viennent d’être coupés, première étape des travaux à venir.

DSC_4043.JPG

Après l'agrandissement de l'Aldi, 4 nouvelles  surfaces commerciales dont un Bel & Bo et un Carrefour doivent ouvrir à Tinlot.

Le dossier a mis du temps à mûrir. « Il traîne depuis plus de dix ans dans les rouages de l’administration, confirme Charlotte Tilman, échevine de l’aménagement du territoire. La demande de permis introduite en début de législature avait été refusée par le Collège, craignant notamment un afflux supplémentaire de circulation au rond-point de Saint-Séverin. Colruyt a introduit un recours contre cette décision auprès du Gouvernement wallon, il est toujours pendant. Entre-temps, il est revenu avec un projet remanié. Nous avons cadenassé pour que le projet soit cohérent, pas trop grand et qu’il respecte la ruralité des lieux ainsi que l’écoulement des eaux. » Plusieurs conditions avaient été imposées au promoteur : la réalisation d’un bassin d’orage, une étude de mobilité, la plantation d’arbres et de haies pour masquer l’infrastructure depuis la rue d’Engihoul.

capture ecran 2015-08-25 à 09.20.26.jpg

Le terrain du futur Okay se situe près de la maison de repos "Jour de mai" en face de l'Intermarché.

« On ne peut pas choisir le commerce ».
Lors de l’enquête publique, 28 réclamations avaient été déposées à la commune, au sujet du bruit, de la mobilité, des arbres à abattre, du type d’architecture ou encore de l’implantation d’un nouveau commerce d’alimentation. « Il s’agit d’un terrain en zone d’habitat à caractère rural. Le problème est que nous n’avons pas le droit de décider du type de commerce que nous souhaitons voir s’installer. En tant que commune, nous ne pouvons pas analyser les problèmes de concurrence, en raison du libéralisme européen », regrette l’échevine. Le permis a finalement été délivré en septembre 2014 par le Collège, après le feu vert de la Région, pour deux surfaces commerciales : un Okay de 1.130 m² et un magasin de vêtements Zeb de 1.030 m². « Un recours a été introduit par un riverain qui craignait pour sa tranquillité mais la procédure a été abandonnée. »
Annick Govaers La Meuse du 21 août (Voir également le blog de Nandrin)

Les commentaires sont fermés.