Tinlot, appel à la solidarité citoyenne pour les réfugiés Syriens accueillis chez nous

L'aide aux réfugiés s'organise à Tinlot pour les 2 familles (13 personnes) accueillies chez nous.
Le CPAS nous fait part de deux demandes précises:

capture ecran 2015-09-25 à 20.46.13.jpgMettre en place à la Croisée ou à l’espace intergénérationnel des cours de soutien au niveau du français.
Principalement pour aider les enfants dans l’apprentissage de la langue, mais aussi pour une (re)mise à niveau d’un point de vue scolaire en passant par l’aide pour les devoirs.

L’autre demande concerne les trajets scolaires pour les 2 filles syriennes qui sont scolarisées en secondaire.
Elles sont inscrites à Marche-en-Famenne dans une classe spécifique appelée DASPA pour les élèves primo-arrivants. Elles peuvent ainsi bénéficier d’un encadrement spécifique leur permettant de s’adapter et de s’intégrer au système socioculturel et scolaire belge. Elles pourront par la suite être dirigées vers l’enseignement qui leur convient le mieux.

capture ecran 2015-09-25 à 20.45.46.jpg

Le problème se pose au niveau des transports en commun.... Le Tinlot Bus va dès lors probablement prendre en charge certains trajets du matin afin qu’elles arrivent à l’heure aux cours (8h20), mais le problème se pose le vendredi matin.
Nous faisons donc appel à la solidarité en demandant si un Condrusien ne pouvait les emmener à Marche les vendredis.

Si des personnes veulent proposer leur service, elles peuvent contacter le CPAS au 085/830.921. ou envoyer un email à frederique.remacle@tinlot.be

 

Plusieurs personnes se sont manifestées pour proposer leur coup de main! N'hésitez pas à partager et à faire connaître ici votre initiative. Voici l'exemple de la Seniorie à Soheit-Tinlot:

Elles tricotent pour les réfugiés syriens

capture ecran 2015-09-26 à 11.34.17.jpgVoilà une dizaine de jours que les résidents de la Seniorie à Tinlot tricotent pulls, écharpes et autre brassières pour les réfugiés syriens. Tous les jours, Nelly Declerck anime plusieurs activités durant l’après-midi. Ici, une vingtaine de résidents sont autour d’une table rectangulaire.
«L’actualité autour des Syriens est un sujet qui revient régulièrement», explique-t-elle.«Elles ont connu la guerre d’Espagne, la guerre des Balkans...»La maison de repos a récolté entre 10et 15kg de laine de privés.
Si beaucoup n’ont plus fait de tricot depuis longtemps, une fois entrées dans la maison de retraite, elles reprennent leur ouvrage. Marie-Thérèse Coulée, la doyenne de 92 ans de Clavier, tricote ainsi des pulls, comme elle le fait déjà pour ses arrière-petits-enfants.

capture ecran 2015-09-26 à 11.36.58.jpgDenise Caes, d’Anthisnes, tricote depuis deux ans. «J’aime bien ça, et j’aime être avec les autres pensionnés», dit-elle. «Aider les réfugiés, c’est important pour moi. D’ailleurs, je tricote déjà pour d’autres associations.»Suzanne Vanstraelen, qui provient d’Ans, est fière de réaliser une «bonne action, avec leurs moyens».
Les résidents de cette maison de repos comptent continuer jusqu’à ce que le stock de laine dédié soit épuisé. L’animatrice ne sait pas encore comment elle procédera pour acheminer les accessoires tricotés aux réfugiés. Jérôme Guisse,  La Meuse du 26 septembre.

Commentaires

  • Un grand merci pour la commune de tin lot.
    je venais de faire connaissance de ces deux familles j ai fait ce que j ai pu. et je donne cours aux deux garçons à l école de fraiture. si vous avez besoin d autre aide n hésitez pas àme contacterau 0488887388.
    Bien à vous

Les commentaires sont fermés.