Fabriques d'églises, des exemples à suivre!

Les budgets des fabriques d'église font débat dans de nombreux conseils communaux. Ceux-ci en effet doivent être ratifiés et complétés par des interventions communales qui grèvent de plus en plus les budgets.
La question a d'ailleurs été posée au dernier conseil communal de Tinlot. Comment envisager la gestion des 5 églises  en tenant compte de leur fréquentation, de leur intérêt patrimonial, du nombre de paroisses ou des économies d'échelle possibles entre les différents  conseils de fabrique...? L'exemple de Villers-le-Bouillet est donc intéressant à observer.

Villers-Le-Bouillet: 5 fabriques d'église projettent de fusionner.

Le projet germe dans la tête de nombreux présidents de fabrique d’église mais rares sont ceux qui ont déjà franchi le pas. Dans l’arrondissement de Huy-Waremme et même en Wallonie, Villers-le-Bouillet figure parmi les premières communes à le faire.
capture ecran 2015-10-17 à 13.29.20.jpgCe mardi 29 septembre, lors du conseil communal, les élus seront invités à donner leur avis sur le projet de fusion de cinq des six paroisses de la commune. Soit Saint-Lambert de Fize-Fontaine, Saint-Nicolas de Vaux-et-Borset, Saint-Lambert de Vieux-Waleffe, Saint-Martin de Villers-le-Bouillet et Saint-Remy de Warnant. Seule la paroisse de Dreye a souhaité garder son autonomie.
Juste avant les vacances d’été, le dossier était déjà venu sur la table du conseil pour un pré-accord. Pour que la fusion soit effective, elle devra encore être avalisée par la Région wallonne. «Le but est clairement de faire des économies, tant sur le plan financier qu’administratif », concède l’échevin Philippe Wanet, en charge du culte. Il cite pour exemple les réparations, souvent importantes, aux édifices religieux. «Si l’entreprise reçoit une offre de plusieurs gros chantiers, nous pouvons espérer obtenir un meilleur prix », table l’échevin.
Qui dit fusion, dit mise en commun des avoirs mobiliers comme immobiliers. «Mais aussi un seul budget et un seul compte », ajoute Philippe Wanet, preuve d’une charge administrative moins lourde à l’avenir.
Dans la nouvelle et unique fabrique d’église qui verra prochainement le jour, on trouvera un représentant de chaque ancienne paroisse.
DE MOINS EN MOINS DE BÉNÉVOLES
Enfin, cette fusion doit aussi permettre de remédier au manque d’effectifs dans les fabriques d’église. «Il y a de moins en moins de bénévoles », constate l’échevin. «Ce rassemblement de plusieurs paroisses doit aussi permettre de faire l’économie de personnel.»
Rappelons que ce projet émane du curé de Villers-le-Bouillet qui dessert actuellement toutes les paroisses de l’entité.
M-CL.G. (La Meuse du 28 septembre)

Commentaires

  • Initiative intéressante ! Espérons qu'elle fasse tâche d'huile ? Nos édiles vont-elles prendre exemple sur Villers ? Même un élu apparenté socialiste et laïque ??? vote les budgets des fabriques d'église ! Il pourrait au moins s'abstenir.

  • Être socialiste et laïque n'impose pas d'être contre le maintien du patrimoine historique et architectural de nos villages. Or les aides communales sont plus destinées à la préservation de ce patrimoine qu'à une contribution aux dépenses du culte.
    Concernant la fusion des Fabriques d'Eglise prônée par le Ministre FURLAN, n'oublions pas que ces fusions ne se font que sur base volontaire des Fabriques d'Eglise qui le souhaitent.
    De plus établir des économies d'échelle en faisant des appels d'offres pour des achats faits par plusieurs Fabriques d'Eglise n'imposent pas nécessairement une fusion de celles-ci.

  • L'exemple à suivre est plutôt celui dont nous informait Tinlot Blog il y a environ deux ans ; la communauté protestante se dotait d'un nouveau temple à construire près de Huy .... en toute indépendance financière et sans recours aux aides des communes. Ils en étaient fiers de cette indépendance !
    En dehors d'une aide raisonnable pour le maintient d'un patrimoine architectural historique reconnu par la Région, je ne vois pas pourquoi le citoyen tinlotois doit contribuer aux cultes via les impôts communaux qu'il paye ;

Les commentaires sont fermés.