Migrations de batraciens: levez le pied !

La fin du mois de février, lorsque les températures deviennent plus clémentes et que les douces nuits annoncent le printemps, les batraciens (grenouilles, crapauds, tritons) sortent de leur sommeil hivernal et se dirigent vers le point d’eau qui les a vus naître.

capture ecran 2016-02-09 à 10.46.56.jpgCe trajet de plusieurs centaines de mètres, voir de quelques kilomètres traverse souvent une voirie. Cela donne lieu à un taux de mortalité très élevé parmi ces espèces protégées lorsqu’il s’agit d’une route fréquentée.

De plus, lorsque la température remonte assez rapidement, la migration peut s’effectuer dans un temps fort court. Cela a comme conséquence de provoquer la sortie simultanée et impressionnante de centaines d’individus.

Afin d’éviter de blesser ou tuer inutilement ces grenouilles et autres crapauds, il est conseillé de rouler à une vitesse maximale de 30 km/h lorsque vous apercevez ces panneaux. Il ne suffit pas de « slalomer » sur la route, en évitant plus ou moins les animaux qui traversent. Il faut savoir que si on roule à plus de 30 km/h, les batraciens sont littéralement « aspirés » par les voitures et meurent, même si on ne leur roule pas directement dessus.

Sachez enfin que les batraciens sont utiles au jardin, ils se nourrissent de limaces, insectes et chenilles.  Plus d’infos sur la vie des batraciens sur www.batraciens.be

Source: Comité local Hoyoux

Les commentaires sont fermés.