Tinlot, une action d'écolo en soutien à la ligne expresse Marche-Liège

Nous vous l’annoncions cette semaine, la fameuse navette de la régionale d’Écolo Huy-Waremme allait être de sortie. Celle-ci, peinte spécialement pour l’occasion aux couleurs de la TEC, a roulé ce vendredi matin sur un itinéraire de la TEC «souhaité par tous», explique Rodrigue Demeuse, secrétaire régional Ecolo Huy-Waremme. C’est ainsi qu’elle a relié Marche à Liège en faisant un arrêt à Tinlot. Commune dans laquelle une riveraine (Pascale Javaux) a réalisé une pétition qui a recueilli 700 signatures pour soutenir le projet de création d’une ligne TEC Express Marche-Liège.

capture ecran 2016-04-17 à 20.40.54.jpg

Cilou Louviaux (Tinlot), Jeanne Defays (Modave) Anne De potter (Nandrin) étaient au rendez-vous de la "fausse" navette du projet en construction.(AL)

Une initiative visible d’Écolo pour la toute première fois! «C’est un bon projet puisqu’il s’agirait d’une ligne très dense qui pourrait accueillir pas mal de monde», explique Philippe Henry, député wallon. «Tous les matins, il y a des embouteillages sur la route du Condroz. Ce projet reste donc pertinent et justifié puisqu’il répond à un réel problème de mobilité, notamment celui de la route du Condroz.

capture ecran 2016-04-17 à 20.41.58.jpg

Une action bien médiatisée, notamment par les TV communautaires TvLux et RTC Télé Liège (Voir les liens ci-dessous) AL.

De plus, cette ligne est fortement soutenue.» Les communes concernées par cette ligne TEC seraient Marche-en-Famenne, Somme-Leuze, Havelange, Hotton, Durbuy, Marchin, Clavier, Ouffet, Modave, Tinlot, Anthisnes, Nandrin et Neupré. Cette ligne pourrait intéresser des milliers de personnes. «Il y a 3.522 salariés, travaillant à Liège et résidant dans l’une des communes du couloir, qui pourraient être intéressées», précise Anne de Potter, échevine de l’enseignement à Nandrin. «Cette ligne s’arrêterait à l'ULg et au CHU, ce qui pourrait concerner 705 élèves pour les communes de Marchin, Somme-Leuze, Havelange, Clavier, Tinlot, Nandrin et Neupré.»
Pour rappel, l’argent serait le nœud du problème et empêcherait, selon le ministre des transports, Carlo Di Antonio, au projet de voir le jour. «Il ne s’agit que d’un argument politique, d’autres lignes Express ont déjà vu le jour, pourquoi pas ici?», ajoute Philippe Henry. Malgré ce frein les autres acteurs du projet continuent à croire à ce projet. «La ligne devrait être exploitée par des bus de type autocar, confortables avec des soutes et d’une capacité de 60 places. Elle emprunterait la N63 vers Liège avec un arrêt par commune traversée.»
C.L. (La Meuse du 16 avril)

Voir le reportage de RTC Télé Liège et de TvLux

Les commentaires sont fermés.