À Port Elisabeth, Pierre Beaufort, a décroché son ticket pour les Championnats du monde d’Ironman le 8 octobre prochain (1/2)

«Lorsque l’on goûte à Hawaï, on ne peut plus s’en passer!»

Le week-end passé, après plus de neuf heures d’effort, Pierre Beaufort, le triathlète de Tinlot, a franchi la ligne d’arrivée de l’Ironman d’Afrique du Sud en 57eposition. Il est 7e de sa catégorie et qualifié pour les Championnats du Monde à Hawaï en octobre prochain.

capture ecran 2016-04-20 à 21.56.26.jpg

Entretien

Est-ce que c’est la première fois que vous décrochez votre ticket pour les Championnats du Monde à Hawaï?
Non, j’avais déjà réalisé cette performance en 2014. Mais ma petite fille est née à ce moment-là, donc je n’ai pas pu m’y rendre. C’était une décision logique car je ne pouvais rater ça pour rien au monde. L’année dernière, j’ai une nouvelle fois tenté de me qualifier, mais j’ai échoué pour quelques minutes.
Jamais deux sans trois,donc vous avez à nouveau essayé cette année?
Pour être honnête, je ne pensais pas du tout à Hawaï lorsque j’ai pris part à cet Ironman en Afrique du Sud. Je n’avais qu’une idée en tête: me faire plaisir. Seulement, à partir d’un certain niveau, et au vu des efforts consentis, il m’est impossible de me contenter d’un second rôle. C’est une belle victoire personnelle, surtout après les heures d’entraînements passées loin de ma famille.
Vous avez été surpris par votre performance si tôt dans la saison?
Oui. C’est la première fois que je prends part à une compétition sitôt dans l’année, et visiblement,le programme concocté par mon coach (NDLR: Jesse Van Nieuwenhuyse) a bien fonctionné. La préparation fut compliquée… Je suis rentré quelques fois en hypothermie après des sorties de 6-7h à vélo. Mais quand vous débarquez à Port Elisabeth, il fait 30 degrés. Les conditions sont complètement différentes.
Justement,quelles ont été vos sensations?
Dans un premier temps, je ne connaissais pas le parcours qui avait été modifié. Il y avait énormément de vent durant toute la semaine. Avant le début de la course, j’étais un peu stressé car la mer était agitée et la natation n’est pas mon point fort. Mais je sais que grâce aux deux autres disciplines (la course et le vélo) je peux reprendre mon retard.
Comment s’est passée votre entrée dans la course?
Je suis parti dans le groupe le plus rapide pour être bien placé à vélo. Dans l’eau agitée, je me suis arrêté quelques fois pour prendre mes repères afin de ne pas perdre trop de temps et user de l’énergie. À la sortie de l’eau, mon temps était mitigé. Ensuite,je n’ai pas traîné sur le vélo pour rattraper mon temps moyen. Le parcours était exigeant car il n’y avait pas de moment de relâche. Lorsque j’ai déposé mon vélo, j’ai vu mon épouse qui m’a dit que j’étais 18e. Dès ce moment, j’ai su que c’était gagné… même s’il me restait 3h de course. À pied, j’ai terminé le travail en franchissant la ligne d’arrivée 7e de ma catégorie. Avec mon coach et mon épouse sur le bord de la piste, je ne pouvais pas lâcher.J’ai tenu jusqu’au bout…
Et vos efforts ont ainsi été récompensés! Lorsque j’ai vu la ligne d’arrivée, ça a été une délivrance, je savais que j’avais ma qualification pour Hawaï! Durant toute la course, j’ai pensé à Antoine Demoitié. C’est un gars de mon village qui avait tout pour lui. Il m’a donné beaucoup de force, et je me suis rendu compte de la chance que j’avais. Je ne pouvais pas la laisser filer… pour lui comme pour moi.

Hawaï, c’est un peu le rêve de tout triathlète non? Exactement, c’est là qu’est née notre discipline. On pratique un des sports les plus éprouvants. Il n’y a pas un athlète qui ne rêve pas de participer à cette course mythique. C’est tout simplement la plus prestigieuse au monde. Sur une saison, près de 100.000 athlètes font tout pour rejoindre Hawaï, mais seuls 1800 y participent. Je serai de-dans, c’est incroyable! Il paraît que lorsque l’on goûte à Hawaï,on ne peut plus s’en passer…
GILLES TOMSIN  La Meuse du 16 avril

Pierrre Beaufort a complété cet article avec quelques nouvelles plus personnelles pour les lecteurs de Tinlot Blog.
A suivre demain!

 

Les commentaires sont fermés.