Fraiture Hippopassion: Guérir grâce aux chevaux

Hippopassion fête ses 20 ans avec une journée portes ouvertes

Situé à Fraiture-en-Condroz (Tinlot), Hippopassion propose depuis deux décennies d’associer le cheval à un travail transdisciplinaire au sein d’un cabinet ouvert. L’ASBL ouvrait ses portes ce mardi au public.

capture ecran 2016-05-04 à 09.51.08.jpg

Derrière le Centre Neurologique, une ASBL fait les beaux jours de patients atteints de pathologies diverses. «Nous profitons d’une équipe interdisciplinaire pour soigner des patients avec un handicap physique mais aussi mental grâce au cheval», explique la directrice, Géraldine Senterre. Hippopassion se définit comme une relation d’aide par la médiation équine. Le cheval est vu comme un partenaire de travail plus qu’un simple outil vivant. Avec l’équidé, les troupes de Géraldine Senterre peuvent suivre des rééducations moteurs, psychologiques, etc. «Nous avons des patients qui vont de 3 à 77 ans. Pour la plupart, ils viennent d’institutions. Mais il y a aussi des démarches personnelles qui s’effectuent. Nos membres ont tous un point en commun qui est le loisir du cheval», ajoute Sophie Derouaux.
capture ecran 2016-05-04 à 09.45.14.jpgSi l’idée peut paraître originale,elle a tout son sens tant l’animal propose de multiples possibilités pour amener le patient vers la guérison. «Pour des personnes avec un handicap physique, le cheval nous permet d’étirer le muscle ou de travailler la mobilité», déclare l’ergothérapeute. «De plus, l’animal ressent fort la communication sensorielle ce qui est une plus value pour travailler avec des autistes ou des personnes en recherche de développement personnel.» Ainsi, ce ne sont pas moins de 14 chevaux qui travaillent quotidiennement à ré-éduquer des patients.
Depuis 1996, l’équipe n’a cessé de grandir tant en infrastructure qu’en personnel. «La clinique neurologique de Fraiture voulait permettre à ses patients de participer à notre programme. Ils ont ainsi construit les installations juste derrière le centre hospitalier. Du coup, notre équipe a grandi pour arriver à 11 membres plus quatre au Sart-Tilman.», ajoute la directrice.

DE NOUVEAUX PARTENAIRES

En 2014, l’Université de Liège se joint au projet de l’ASBL. La faculté vétérinaire participe activement à l’épanouissement d’Hippopassion. «L’ULg savait qu’on était crédible dans notre démarche. On a trouvé une synergie avec les autres facultés paramédicales», déclare Sophie Derouaux. Avec ce partenariat universitaire, l’ASBL bénéficie d’une piste supplémentaire au Sart-Tilman ainsi que l’accès à la ferme expérimentale de Colonster.
MICHAEL SCHOLZE

Ambition: théoriser l'apprentissage pour organiser des formations
Comme tout projet de cette envergure, Hippopassion entend se pérenniser financièrement sur le long terme. L’ASBL a l’ambition de pouvoir donner des formations. Pour cela, elle aimerait théoriser son apprentissage accumulé sur ces 20 années de fonctionnement.
«Avec ce qu’on a appris sur le terrain et les nombreux colloques auxquels on a la chance de participer,ce serait intéressant de pouvoir mettre sur papier toutes ces connaissances», affirme Géraldine Senterre. Le sujet est encore une niche trop peu exploitée jusqu’ici. «Il n’y pas de formations reconnues. Nous sommes encore loin d’un Master dans le domaine. Mais nous avons des stagiaires qui se forment dans le domaine», conclut la directrice.

Voir les autres activités pour les 20 ans d'Hippopssion

Les commentaires sont fermés.