Des tricots de Tinlot et des couleurs pour égayer le quartier Batta. A voir jusqu'en septembre

C’est un quartier Batta renouvelé que vous trouverez désormais le long de la rive à Huy. Et pour cause: six groupes de tricoteuses passionnées ont accroché fruits, légumes, fleurs, jardinières et écharpes en laine sur les arbres, balustrades et poteaux du quartier. Une initiative originale qui fleurit dans le cadre du projet «L’incroyable Jardin». Pas moins de 13 arbres, des mètres de balustrades et rampes ont ainsi été vêtus de mille couleurs. (Voir l'article précédent)

capture ecran 2016-05-23 à 08.34.56.jpg

capture ecran 2016-05-23 à 08.35.05.jpg

Le but ? «Donner une autre allure à la ville et au quartier qui, il faut le dire, a sombré», explique Martine Paquot, agent d’insertion au CPAS pour Tinlot et Villers-le-Bouillet. «De plus, il y a toujours plein de choses qui se passent de l’autre rive de la Meuse du coup,on s’est dit qu’on allait animer ce côté-ci.» Et pour ce faire, une dizaine de petites mains se sont réparties les tâches et ont travaillé d’arrache-pied. Préparées telles des commandos, chacune, aiguille à la main, s’est affairée à la tâche. Une bonne centaine de pelotes de laine ont été nécessaires pour cela.

capture ecran 2016-05-23 à 08.35.15.jpg«Nous  avons beaucoup travaillé avec de la laine récupérée.» Une action qui n’a pas laissé les passants indifférents. «Ce qui est chouette également, c’est le questionnement des gens.» Une consécration pour ces participantes qui ont livré un travail de titan et ce, pendant plusieurs semaines.
Mais en plus de faire sourire et de prêter à l’interrogation, ce projet a permis aux différents groupes d’avoir un projet commun. «C’est vraiment agréable de se réunir ici car ainsi, nous rencontrons les autres groupes.» En effet, les ateliers du Cwèrneû, Cap Santé, le café Tricot de Tinlot, Tricot papote, les femmes solidaires de Huy et le centre culturel de Huy ont uni leurs forces pour ce projet. Mais les membres du personnel du Batta se sont également mobilisés pour la cause puisque ce sont eux qui arroseront les fraises des jardinières en laine. «Les pièces seront accrochées jusqu’au mois de septembre», conclut Martine Paquot.
C.L. La Meuse du 23 mai

Les commentaires sont fermés.