Gaz, électricité : boom des défauts de paiement en Wallonie

capture ecran 2016-07-25 à 19.10.43.jpg18.164 compteurs à budget placés en 2015 «En 2015, 6,8 % de la clientèle résidentielle en électricité a été déclarée en défaut de paiement. Et pour le gaz, c’est 9,8 % de la clientèle qui a été déclarée en défaut. »

Cela signifie qu’un 1 ménage wallon sur 16 a des soucis avec sa facture d’électricité. Pour le gaz, qui touche majoritairement des populations plus urbaines, c’est près d’1 ménage sur 10 qui a du mal à régler sa facture. Parmi ces clients en défaut de paiement, nombreux sont ceux qui sont déjà « protégés » et bénéficient du tarif social. «La part des clients protégés dans le total des clients déclarés en défaut de paiement a augmenté en 2015 de manière plus ou moins marquée en électricité et en gaz puisque cette part s’est fixée à 22 % en électricité et à 24% en gaz contre respectivement 20 % en électricité et 21 % en gaz pour 2014. », ajoute-t-on dans le rapport.

PLACEMENTS EN HAUSSE
Lorsqu’on est déclaré en défaut de paiement, le fournisseur ou le gestionnaire de réseau demande l’installation d’un compteur à budget. Il s’agit de ces fameux compteurs rechargeables avec une carte à puce. «La tendance à la baisse, constatée de 2012 à 2014, du nombre de demandes de placement de compteurs à budget en électricité ne s’est pas poursuivie », écrit le régulateur wallon. «Le nombre total de demandes introduites par les fournisseurs et les GRD en tant que fournisseur social s’est élevé à 90 310 en 2015, en hausse de 8,4 % par rapport à l’année 2014. »
Enfin, le nombre total de placements effectifs a augmenté de 4,8% en 2015 pour passer de 17.325 placements en 2014 à 18.164 placements en 2015 ! Enfin, plusieurs raisons peuvent expliquer qu’un grand nombre des demandes de placement ne se traduit pas par un placement effectif. Soit parce que le client a apuré sa dette auprès de son fournisseur d’électricité, soit parce qu’il a déménagé, ce qui annule la demande de placement. Ou alors, le client était simplement absent le jour de l’installation ou refusé celle-ci.- GUILLAUME BARKHUYSEN.  La Meuse du 25 juillet

Les commentaires sont fermés.