Tinlot Sudinfo, les brèves

Tinlot. Tentative de vol rue Nouvelle route
Des voleurs ont tenté de s’introduire sur le site d’une entreprise située rue Nouvelle Route à Tinlot, ce mardi à 3h10 du matin. Le patron a constaté que la clôture avait été pliée à deux endroits mais le bâtiment ne comporte pas de trace d’effraction. (La Meuse du 27 juillet)

capture ecran 2016-07-27 à 21.46.01.jpg

ANTHISNES : LES RUES ACHILLE LEJEUNE ET DÈLCREU SERONT FERMÉES LE 1E AOÛT ENTRE 7H ET 20H SUITE À DES TRAVAUX D’ENDUISAGE.

capture ecran 2016-07-27 à 21.33.34.jpgOUFFET COMMERCE
L’Intermarché d’Ouffet risque de fermer. Face à la concurrence de la route du Condroz, le propriétaire du magasin se dit « en réflexion »

L’avenir de l’Intermarchéd’Ouffet, créé en 2007 sur la chaussée de Huy, est compromis. Les rumeurs de fermeture, alimentées par des rayons progressivement dégarnis, semblent se confirmer même si le propriétaire indépendant du magasin laisse une porte ouverte. «Je suis effectivement en réflexion avec la centrale Intermarché par rapport au futur du magasin. Certes, je suis le propriétaire mais comme on fait partie d’un groupe, on cherche ensemble pour trouver la meilleure des solutions.
Ouffet a toujours été un point de vente difficile, et ce, depuis le début. Je suis en perpétuelle réflexion », déclare David Barthelemy, également administrateur délégué des Intermarché de Nandrin et Assesse. Le patron-gérant a tenté à plusieurs reprises de repositionner son commerce ouffetois sur l’échelle de la concurrence, sans succès fulgurant. «On a relancé le magasin en septembre avec un nouveau concept, c’est-à-dire une boucherie en libre-service et un assortiment plus réduit basé sur les statistiques de vente. Ça ne suffit pas. » David Barthelemy pointe la concurrence toujours plus rude, notamment de la route du Condroz. «Déjà, il y a le comportement d’achat du client. Quand il revient du travail à Liège, il a plus facile de s’arrêter à Nandrin, même à l’Intermarché, le choix est plus large puisque le magasin est plus grand que celui d’Ouffet (400 m2). Et puis, il y a de plus en plus de supermarchés pour le même potentiel de clientèle. Quand le Spar d’Anthisnes a ouvert, j’ai perdu 16% de clientèle à Ouffet.
Quand on regarde la route du Condroz aujourd’hui, outre l’Intermarché, on voit que le Delhaize et Aldi se sont agrandis, Carrefour et Okay ont ouvert... Je ne suis pas le seul à éprouver des difficultés. » Il regrette que la concurrence nesoit pas régulée. «La commune ne tient pas compte de ce paramètre, or il n’y a pas que des multinationales qui s’installent, il y a aussi des indépendants qui investissent leurs propres deniers. Sur un an, on a doublé le m2 alimentaire avec la même cible de clients. » L’Intermarché de Nandrin, qui s’est agrandi il y a un an, ne serait pas menacé. « Le magasin marche très bien. On a un bel outil, des atouts et des idées. Difficile d’impacter l’ouverture du Carrefour pour l’instant, on attend la mi-août. J’avais anticipé. L’objectif, c’est d’apporter quelque chose qui n’existe pas ailleurs ».
Que vont devenir les cinq employés d’Ouffet en cas de fermeture? «Cela fait partie de la réflexion, voir s’il est possible de les reprendre ailleurs car ils sont formés et compétents. Si le magasin ferme, alors je devrai vendre le bâtiment.» ANNICK GOVAERS. La Meuse du 27 juillet.

Les commentaires sont fermés.