Une famille de Tinlot obligée de passer ses vacances sans valises, égarées à l'aéroport

Jean-Pierre Porcu, un Tinlotois de 47 ans, et sa famille ont bien failli voir leurs vacances réduites à néant. Leurs bagages ont été égarés par la compagnie aérienne Brussels Airlines lors du vol Zaventem-Nice. Les Tinlotois ont ainsi dû débuter leur croisière sans le moindre effet personnel. « J’ai dû débourser 500 euros en urgence pour acheter le strict minimum. »Jean-Pierre Porcu est un habitué des croisières.
capture ecran 2016-07-29 à 22.30.05.jpgEn janvier dernier, lui, sa femme et sa belle-fille réservent leurs billets pour embarquer en Méditerranée avec la compagnie MSC Croisières. Ils partent donc le 26 juin, destination les vacances ! Mais les Tinlotois sont loin de se douter ce qu’il va leur arriver. «  Nous avons pris l’avion à 6h15 à Zaventem pour nous rendre à Nice. À notre arrivée, nous devions récupérer nos bagages jusqu’à ce qu’un membre du personnel de l’aéroport de Nice nous dise que les bagages n’ont pas été embarqués depuis Bruxelles...  », entame Jean-Pierre Porcu. Commencent alors les ennuis. «  Notre problème était que nous devions prendre le bateau à Gênes le même jour pour une croisière en Méditerranée à bord du MSC POESIA. Nous avons embarqué sans bagages, pour seuls vêtements ceux que nous portions sur nous. »
Après avoir déposé une déclaration de perte auprès de la compagnie aérienne, Jean-Piere Porcu tente alors de joindre Brussels Airlines, en vain. «Le call centre de la compagnie me donnait des numéros de téléphone invalides jamais répondre à mes demandes.» Un acharnement qui lui aura coûté tout de même 200 euros en frais de téléphone. «Heureusement, la compagnie de navigation nous a donné à mon épouse, ma belle fille et moi-même un kit de survie avec brosse à dents, dentifrice, rasoir et bande hygiénique. » Un confort rudimentaire, surtout lorsqu’on s’attend à vivre des vacances de rêve. «À la première escale (Naples), au lieu de visiter, nous sommes allés faire du shopping : résultat, +-500€ pour le strict minimum. »
La mésaventure a pris fin après trois jours puisque, à Malte, la compagnie de croisière leur a annoncé que les valises avaient été retrouvées. «Ils ont vraiment fait le nécessaire pour nous aider. » Revenus de vacances le 4 juillet dernier, Jean-Pierre Pocu se lance aujourd’hui dans des procédures administratives d’indemnisation longues. «À croire que c’est fait exprès pour nous décourager... Je suis en train de faire les démarches pour porter plainte. Nous voulons être indemnisés. » Ironie du sort, le Tinlotois avait pour habitude de partir avec Ryanair mais ne disposait pas de vol pour Nice à la date fixée. «La prochaine fois, j’irai en voiture. » C.L (La Meuse du 29 juillet)

Les commentaires sont fermés.