Tinlot, école Sainte-Reine : les changements de la rentrée 2016-2017

capture ecran 2016-09-02 à 09.48.32.jpg

Une rentrée importante pour la petite école de village à Soheit-Tinlot, puisque Paul Eloy, instituteur des 5e et 6e années est devenu directeur de St-Martin, Ste-Reine. Jean Wilmotte, enseignant en 3e et 4e années, a rejoint St-Martin à Nandrin.
Ils sont remplacés respectivement par Michaël Mélon et Pauline Wilmotte. Pour la soixantaine d'enfants, c'est la moitié des 4 enseignants qui est ainsi modifiée.

capture ecran 2016-09-02 à 09.47.05.jpg

Du côté des élèves, une bonne rentrée avec le mi-temps supplémentaire acquis l'an dernier qui sera maintenu.

Un temps idéal pour cette rentrée baignée de soleil et des enfants heureux de retrouver leurs copains, leurs jeux, leur cour de récréation, leur ballon ou leur petite ménagerie.
Les parents, quant à eux, sont accueillis avec café et croissants dès 8h ! Pour sonner la rentrée, une nouvelle cloche également dans la cour de récréation !

DSC_6704.jpg

Paul Eloy, à droite, devenu directeur de St-Martin, sera remplacé à Tinlot par Michaël Mélon.

A noter pour cette année, la présence de 4 nouveaux petits réfugiés afghans accueillis à Tinlot durant l'été (2 familles à l'ILA de Seny). Ceux-ci s'ajoutent aux 4 Irakiens arrivés à la fin de l'année scolaire dernière.
Une découverte pour tout le monde et surtout pour les enseignants qui ignorent tout de leurs nouveaux élèves. Mais finalement, on découvre qu'ils comprennent un peu de Français et qu'ils peuvent s'exprimer en anglais (intéressant par ailleurs pour l'école jumelée avec l’école primaire FSM de Fordingbridge, dans le Hampshire).
Assurer leur formation et leur insertion constitue un beau défi pour l'école, enrichissant à de nombreux points de vue. L'école compte d'ailleurs sur le soutien de Najib (voir l'article sur ce blog), présent à l'école pour accueillir les familles. Ce Marocain, artiste de Scry et parent d'élèves, s'est proposé l'an dernier comme  interprète et personne ressource à Tinlot.
Des musulmans dans une école catholique ?
L'admission à l'école Ste-Reine ne permet pas aux parents de demander l'organisation d'un cours d'Islam comme ils pourraient le faire dans une école communale, mais ce n'est pas pour cela qu'ils doivent se voir imposer une religion différente. "Les cours de religion sont donnés avec beaucoup d'ouverture, de tolérance et de respect" explique Paul Eloy, le nouveau directeur. "Cela fait partie très explicitement de notre projet d'école. Ces cours sont un lieu d'échanges, de partages et de confrontations positives. Ils visent à un apprentissage de la citoyenneté, du vivre ensemble et de la démocratie. Il n'y a donc aucune obligation ni endoctrinement de type religieux". "Dans mes heures de religion, ajoute Michaël Mélon, je fais découvrir aux enfants les différentes religions".

Malgré les difficultés d'intégration liées à la langue et à la culture, ils se sont fait directement des copains à l'école. L'essentiel pour eux est certainement de trouver un peu de répit et une vie normale d'enfants de cet âge.

Commentaires

  • Tiens un homonyme !
    Ma famille était originaire de Charleroi et mon grand-père paternel directeur de l'école primaire des garçons à Dampremy (agglomération de Charleroi), ainsi que son épouse, Elisa Flamme, directeur de l'école primaire des filles à Dampremy.

    Qui sait ?
    Même nom et "gène de l'enseignement" ?
    Je fus moi-même professeur ordinaire C à l'ULB...

    Bonne chance dans vos nouevvles fonctions

  • Monsieur, le premier objectif de l'école catholique est toujours d'évangéliser ? (voir doc du Segec).

Les commentaires sont fermés.