Les bonnes habitudes de l’école Ste-Reine à Tinlot

Tous les élèves ont des fruits au quotidien et de la soupe préparée par les parents. Voici leurs bons plans

À l’école Sainte-Reine, les 61 élèves de maternelle et de primaire travaillent  au quotidien sur une école « zéro déchets ». Encadrés par leurs instituteurs, les jeunes écoliers mangent aussi sainement. Explications.
capture ecran 2016-09-17 à 09.22.57.jpgNous sommes dans la classe de Monsieur Michaël où les 13 élèves de 5e et 6e années sont réunis. Dans cette petite école de village du Condroz hutois, on travaille tous ensemble pour améliorer la qualité de vie de chacun. On veille notamment à limiter les déchets. Ainsi, pas question de venir avec des ber-lingots dans la mallette  « Et si on prend des biscuits, c’est dans la boîte à tartine, sans emballage », nous lance Louis. Et à l’école, on vient sans Coca, chewing-gum, sans « chiques ».
DES FRUITS TOUS LES JOURS
Et les biscuits, on tente de limi-ter. Ainsi, grâce à la participation des parents, les enseignants pro-posent  des fruits au quotidien : « Et c’est chouette, on a des poires, des pommes, des pêches, ça change tous les jours », se réjouit Maturin. Achetés par le corps enseignant chez des producteurs locaux. Et tout le monde s'en réjouit.Toujours dans la même optique, une fois par semaine, des parents de 3e et 4e années préparent une soupe maison qui est vendue aux élèves à prix très démocratiques : 100 % vitamines ! « Nous sommes vraiment dans un esprit de partage, de solidarité, d’ambiance conviviale au sein de notre petite école », explique l’instituteur Michaël Mélon.
Et ça marche plutôt bien puisque deux nouveaux projets voient le jour. Une fois par semaine, le vendredi, un traiteur de la localité prépare un plat chaud que tous les élèves qui le désirent, partagent.Et l’école va encore créer un espace nature, où des poussins vont pouvoir se balader et où un potager est aussi envisagé. « Pour récolter des fonds, nous faisons appel aux parents pour amener des pommes entre le  20 septembre et le 3 octobre. Pommes qui se transformeront en jus qui sera vendu à 2,5 euros. Les bénéfices seront consacrés à l’aménagement du futur potager. » Top, non ?Manger sain, limiter les déchets, c’est ludique mais c’est aussi un bel exercice pédagogique et de savoir-vivre. À l’école Sainte-Reine de Tinlot, on l’a bien com-pris ! - M.SP. (La Meuse du 15 septembre)

Les commentaires sont fermés.