Les infections respiratoires en hausse. La grippe arrive et ça ne fait que commencer!

En quatre semaines de temps, le nombre de bronchiolites a été multiplié par trois ! selon l’Institut de Santé Publique qui a reçu les résultats de 60% des laboratoires du pays. Et ces chiffres devraient encore augmenter tout au long du mois de décembre.

capture ecran 2016-12-15 à 10.32.18.jpgCe sont les tout petits (tranche d’âge de 0 à 4 ans) qui sont les plus touchés. «Chaque année à cette saison, les chiffres des bronchiolites sont en hausse», déclare Isabelle Thomas, responsable du centre national de la grippe. «Ce qui étonnant, c’est que ces chiffres sont à la hausse alors qu’on connaît un hiver très doux. En hiver, les virus sont plus résistants mais il y a plus de rassemblements. À cause du froid, on reste plus à l’intérieur et comme il s‘agit d’une maladie très contagieuse, on a la même courbe que les autres années.» Plus généralement, les infections respiratoires aiguës (bronchites, angines, nez qui coule…) sont en pleine progression.
Selon un réseau de médecins vigies, on atteint cette semaine un taux de 2.124 consultations pour 100.000 habitants, contre 1.700 la semaine passée. On n’est donc plus très loin du pic attendu généralement pour février (après l’accalmie due à la fermeture des crèches et écoles pendant les vacances de Noël) où l’on atteint généralement les 2.600 consultations pour infections respiratoires.
Dans votre entourage, vous avez certainement aussi l’impression que pas mal de personnes sont frappées par la grippe. Ce n’est pas une impression: là aussi, les chiffres sont à la hausse, mais restent moins importants que ceux des maladies respiratoires. On est passé de 31 consultations pour 100.000 habitants la semaine dernière à un taux de 69 cette semaine. La tranche d’âge 5-14 ans est la plus touchée.
SE VACCINER? ENCORE TEMPS
«Le virus de la grippe circule en sourdine, mais n’a pas encore vraiment décollé», observe Nathalie Bossuyt, du service épidémiologie. «La grippe ne démarre vraiment qu’en janvier. Il n’est donc pas trop tard pour se faire vacciner mais il ne faut plus traîner. Il faut compter deux semaines après le vaccin avant d’être protégé.»
F. DE H. (La Meuse du 15/12)

Les commentaires sont fermés.