Emploi de travailleurs handicapés: 54 communes et 45 CPAS wallons dans l’illégalité

Tous les pouvoirs locaux sont loin de montrer l’exemple en matière d’accueil de travailleurs handicapés.

Favoriser l’intégration des personnes handicapées sur les lieux de travail ?Les pouvoirs publics ne cessent, à raison, d’y appeler. Mais montrent-ils eux-mêmes l’exemple ? C’est loin d’être le cas, à la lecture d’une enquête que le MR wallon dévoile en primeur à Sud-presse.
Elle porte sur les pouvoirs locaux,à savoir les communes, les CPAS, les provinces et autres OIP. Et elle analyse chaque fois si ces entités respectent le prescrit légal, sur base de données collectées par l’Agence wallonne pour une vie de qualité.
capture ecran 2017-01-09 à 10.28.50.jpgCe prescrit peut se résumer comme suit: disposer de minimum 2,5% de personnes handicapées – qu’il s’agisse d’un handicap physique ou mental – dans ses effectifs. La règle connaît toutefois quelques assouplissements. Par exemple, l’obligation d’embauche tombe si elle concerne moins d’un mi-temps. De même, le personnel des services d’incendie, médical et soignant n’est pas intégré dans la base du calcul. Même chose pour ce qu’on appelle les articles 60, soit l’emploi rémunéré offert par les CPAS. Et où en est-on dans le respect de ces règles ?
Assez loin du but, à voir les chiffres du MR wallon. Tous ont été figés au 31 décembre 2015, comme le veut la directive. Passons tout ça en revue.
> Les communes.
Ce sont les mauvaises élèves du lot. L’analyse montre que 185 des 253 communes wallonnes sont en règle, soit 73%. Mais aussi que 54 entités (21,5%) bafouent les dispositions décrétales. Soit donc plus d’une commune sur cinq ! Le solde ? On en compte 3 qui ne sont pas concernées étant donné leur effectif trop faible, et 11 qui n’ont carrément pas répondu à la demande des autorités, laissant présager qu’elles ne considèrent pas la matière comme prioritaire.
> Les CPAS.
La situation n’est pas très heureuse ici non plus. Elle est un peu différente, puisque 100 des centres publics d’aide sociale wallons échappent au prescrit légal, vu leur taille. Mais on en trouve tout de même 45 qui sont en infraction (18,5%), contre 77 qui sont en ordre (30,5%). Ici aussi, 32 CPAS n’ont pas répondu au questionnaire. Curieux, pour des organismes à finalité sociale…
LE SPW EN INFRACTION
Détail piquant: parmi les CPAS ne respectant pas les règles, on trouve celui de la ville de Namur, dirigée par Maxime Prévot (cdH),le ministre wallon en charge de l’Action sociale, qui inclut notamment la protection des personnes handicapées.
> Les provinces.
Elles sont les bonnes élèves de la classe. L’étude montre en effet que les 5 provinces wallonnes respectaient les règles d’embauche de personnes handicapées, à la date du 31 décembre 2015.
> Les associations de services publics.
Sur les 117 répertoriées, seules 29 sont en ordre (25%), contre 10 qui ne respectent pas les règles (8,5%) et 36 qui n’ont pas répondu (30,5%). Le solde (42) ne tombe pas sous le coup de la norme.
> Le SPW et les OIP.
La paille et la poutre ? Le SPW lui-même – l’administration wallonne, si vous préférez – n’est pas en règle ! Il y manque 33 travailleurs handicapés. Et sur les 18 OIP concernés, seuls 4 la respectent ! Dans ceux en infraction, on trouve notamment l’Awex et… le Forem ! Ce sont ainsi 77 temps plein dont sont privées les personnes handicapées ! Plus qu’interpellant…

CHRISTIAN CARPENTIER (La Meuse du 30 décembre)
Voir lci-dessous  la liste des communes concernées.

capture ecran 2017-01-09 à 10.18.19.jpg

capture ecran 2017-01-09 à 10.18.42.jpg

Les commentaires sont fermés.