Tinlot éoliennes. Le recours de la commune face au projet éolien rejeté !

Nouvel épisode dans la saga des éoliennes à Tinlot. Pour rappel, il était question d’installer cinq éoliennes de part et d’autre de la route du Condroz, à hauteur des villages d’Abée et de Ramelot.

1879669691.jpg«Avant cela, quatre autres projets ont été annulés, dont un au Conseil d’État», indique Pascal Lejeune, échevin en charge des finances (photo). En septembre 2014, la commune a alors déposé un recours contre le dernier projet en date, suite à un arrêté du ministre Di Antonio qui accordait le permis unique à SPE Luminus pour celui-ci. «Un groupe de riverains a lui aussi déposé un recours contre ce projet éolien», précise-t-il. Ces recours en suspension ont été rejetés. «Cela signifie qu’on ne peut pas suspendre en urgence le permis», continue l’échevin.

Le 8 février, le recours en annulation de la commune a été rejeté par le Conseil d’État. «L’auditeur du travail avait rendu un avis favorable à l’annulation de ce projet. Dans 95% des cas, le Conseil d’État suit l’avis de cet auditeur, qui est bien souvent un magistrat de haut vol.Ici, le Conseil n’a pas suivi son avis.» Mais le recours en annulation du groupe de riverain doit encore être étudié. «La grosse majorité de leurs arguments était semblable à ceux de la commune. Mais certains différaient toutefois», indique Paul Lejeune. Quels étaient les arguments de la commune? «Ce qui nous gênait,c’était surtout que les implantations des mâts ne respectaient pas essentiellement le cadre éolien. Les éoliennes étaient tantôt trop proches d’habitations, tantôt trop proches d’une crête ou d’un vallon», continue-t-il. «Cela dénaturerait les particularités de notre Condroz hutois.» Selon l’échevin, il faudra attendre au moins six mois pour être fixé sur le recours en annulation du groupe de riverains. Il confie craindre une «épidémie d’éoliennes»si le projet passe. «Les conditions pour une extension de parc éolien sont beaucoup moins nombreuses», dit-il.

UN SIXIÈME PROJET INTRODUIT 
Selon Pascal Lejeune, Luminus a d’ores et déjà introduit un nouveau projet de cinq éoliennes. «Cette fois, il est question d’en mettre trois à Tinlot et deux à Clavier», indique-t-il. «Une réunion d’information devrait avoir lieu fin mars.» Selon l’échevin, l’entreprise anticipe en réalité l’annulation éventuelle de leur projet encours. «La distance entre le projet actuel et celui-ci est beaucoup trop courte. Ils ne pourront pas faire les deux ensemble», conclut-il.
JÉRÔME GUISSE (La Meuse du 23 février).

Les commentaires sont fermés.