Marchin. Un court-métrage pour les enfants. Un objectif pédagogique: sensibiliser les bambins à la forêt

Des images valent parfois plus que des mots. C’est sur cette devise que Sébastien Pins, un réalisateur marchinois de 26 ans, crée ses films et courts-métrages. Mais c’est également un amoureux de la nature, et surtout de la forêt ardennaise. Et il espère bien la préserver, notamment, en sensibilisant le grand public au travers de ses créations.
Ses armes? Une caméra, un regard d’enfant et un projet éducatif en perspective. En effet, dès la création de son court-métrage «Regard d’enfant», lancé il y a deux ans, Sébastien Pins s’est attelé à la création d’un dossier pédagogique.

capture ecran 2017-02-27 à 08.21.16.jpg

«Le film et le making-of en seront les outils. Projetés aux classes de sixième primaire et au premier degré de l’enseignement secondaire dans divers cinémas, ils feront office de débats avec les jeunes après la projection. Le réalisateur et des acteurs de la préservation de nos forêts seront présents pour animer le débat», explique Sébastien Pins. Mais en plus d’un travail de réflexion, les élèves seront amenés à se rendre au-delà des quatre murs de leur classe. «Avec le soutien de la Société Royale Forestière de Belgique dans son action ‘Planter un arbre’, une demi-journée sur le terrain, en forêt, sera également assurée.

Ainsi, chaque enfant de-viendra gardien de la forêt en ayant la possibilité de planter un arbre ou de réaliser divers travaux forestiers. Les enfants sont les acteurs du monde de demain! En leur donnant la possibilité d’agir, ils porteront un «Regard» nouveau sur la forêt. Le corps enseignant se verra offrir le DVD du film ainsi que son dossier pédagogique pour animer une leçon sur la protection de la forêt et sur sa gestion durable», poursuit le Marchinois. La force de ce projet? Une vision pluridisciplinaire. «Il concerne autant le cours de français que ce-lui de l’éveil scientifique et, bien sûr, celui de l’expression artistique.» Avant le film, la bande-annonce sera projetée, pour au final, autour d’une interaction orale, «communiquer et se connaître mieux dans sa relation avec la forêt». Le but de cette démarche est d’aller le plus loin possible dans la réflexion.

«Le film sera projeté aux classes de 6eprimaire et au 1erdegré de l’enseignement secondaire dans divers cinémas»

«L’objectif serait, dans un premier temps, de proposer ce pro-jet dans les classes de l’arrondissement de Huy-Waremme.» Mais pour ce faire, il faut encore tourner le court-métrage en question. «Le travail de préproduction a déjà été fait». Ce que Sébastien Pins attend pour cela? Le financement nécessaire! «Cela fait deux ans que je bataille pour financer ce projet d’un budget de100.000 euros.»-C.L. (La Meuse du 27 février)

A noter
Envie d’apporter votre soutien? Rendez-vous sur le site internet du projet

Les commentaires sont fermés.