Le hérisson, principale victime de la sécheresse

Igel.JPG

« Plusieurs centres de revalidation Creaves sont complets et actuellement, nous refusons jusqu’à dix hérissons par jour », annonce Carole-Anne Bouillon, responsable du centre de soins et revalidation pour hérissons sauvages.
Utile mais menacé
La chaleur intense de ces trois dernières semaines a asséché de nombreux points d’eau et les hérissons ont soif. Et faim aussi. Ces petits animaux, qui pèsent entre 400 g et 1,3 kg, vivent en principe la nuit et dorment la journée. Mais, les températures élevées contraignent les hérissons à chercher de la nourriture à tout moment de la journée. « Pour les aider, rien de plus simple qu’un bol d’eau dans le jardin », explique Carole-Anne.
Les hérissons pourront y boire et même s’y baigner. « Les mares et les étangs peuvent également satisfaire les hérissons, mais attention aux noyades. Il faut prévoir des rampes pour animaux », continue-t-elle. Le joli hérisson joue un rôle essentiel au jardin. Omnivore, il se nourrit d’insectes dont les limaces les escargots, les bestioles détestées des jardiniers car elles détruisent les cultures.
Très utiles, protégés, les hérissons sont malheureusement de plus en plus rares.
Leurs ennemis ? Les voitures, les tondeuses, les robots, les débroussailleuses ou encore les pesticides ou les granulés anti-limaces.
Si vous trouvez un hérisson dans une situation problématique, prenez des gants et placez-le avec délicatesse dans une caisse remplie d’essuies pour lui éviter les ballottements.
Et placez la boîte dans un lieu calme avant d’appeler le centre Creaves le plus proche.
Lire l'article complet dans l'édition de la Meuse digitale. Photo Wikipédia

Les commentaires sont fermés.