Discuter de la justice de proximité aux journées portes ouvertes, à Huy le samedi 24/11

Des procès fictifs se tiendront le 24 novembre

Le Palais de justice de Huy ouvre ses portes ce 24 novembre. L’événement se tiendra autour du thème de la justice de proximité, de plus en plus menacée, selon le bâtonnier Xavier Mercier, et particulièrement à Huy.

capture ecran 2018-11-14 à 20.31.05.jpg

Ce 24 novembre, les Hutois pourront visiter le Palais de justice de Huy sous un autre œil. En effet, l’institution ouvre ses portes au grand public. Cette journée se déroulera autour du thème de la « Justice de proximité, proximité de la justice ». « Cette organisation est de l’ordre communautaire, mais cette fois-ci, le thème est très particulier à Huy puisque notre arrondissement judiciaire est frappé par une restructuration », explique le bâtonnier de l’Ordre des avocats de Huy, Xavier Mercier. Pour le bâtonnier, la situation est alarmante. « Un arrêté royal nous ampute de 30.000 justiciables (Engis, Lincent, Hannut, Hamoir, Ferrières), cela signifie donc de 30 % de contentieux en moins, c’est dramatique pour les justiciables qui doivent se déplacer jusqu’au palais de justice de Liège ».
Xavier Mercier dresse également les difficultés que le redécoupage des cantons judiciaires implique pour les zones de police. « J’ai la certitude qu’il ne restera plus grand chose à la Justice de Paix de Huy d’ici 5 à 10 ans. Voilà vers quoi l’on va ».
Toutes ces questions seront l’objet d’un débat ce 24 novembre dès 11h15. À ce débat seront présents trois magistrats.
Et durant la journée, il sera également possible de visiter des stands de différents intervenants de la justice tels que la Maison de la Justice, ASBL Médiante, le SAJ, le service d’aide aux victimes. « Nous voulons permettre aux gens de rentrer en contact avec des services qui pourraient directement les concerner et les aider en cas de problème », précise Xavier Mercier.

La journée se déroulera de 10 à 16h, quai d’Arona, 4, 4500 Huy.
Voir l'article complet dans l'édition de la Meuse digitale

Les commentaires sont fermés.