Une importante vague de grèves ce vendredi, particulièrement en province de Liège

capture ecran 2018-12-13 à 21.13.00.jpg

Vendredi matin, une importante grève menée en front commun touchera tout le pays et en particulier la région liégeoise.
Lire l'article complet dans l'édition de la Meuse digitale, mais voici, secteur par secteur, les différentes actions envisagées. Prenez vos précautions!

Pas de blocage dans les commerces
Difficile de dire avec précision ce qu’il se passera dans le courant de la journée. Les commerces ne devraient pas être touchés, il sera donc possible de faire ses courses relativement facilement. Nous savons toutefois que des équipes de militants circuleront dans les commerces, notamment au centre-ville de Liège, pour faire signer une pétition. Des tracts seront aussi distribués à l’entrée de certaines grandes surfaces.

La SNCB et la Poste épargnées
Ces deux grands secteurs nationaux n’ont pas donné de mot d’ordre général. Il devrait y avoir des trains et du courrier ce vendredi.

Presque pas de bus
Dona Balbo, la déléguée FGTB au dépôt de Robermont, nous avait confirmé début de semaine qu’il fallait s’attendre à ce qu’il n’y ait aucun bus ce vendredi: « aucun bus ne sortira, il n’y aura même pas besoin de piquet ».
Selon une dernière estimation du TEC Liège-Verviers, il n’y aura effectivement presqu’aucun bus en région liégeoise : 5 % des services sur Liège et en agglomération seront en effet assurés, 0 % sur la région de Seraing. C’est le blocage complet au dépôt de Jemeppe. Les régions de Huy-Waremme et du Condroz seront également fort touchées : 5 % des bus rouleront dans le Condroz et 10 % dans la Hesbaye. Dans la région verviétoise, attendez-vous à un bus sur trois. Par ailleurs, pour les lignes desservant les agglomérations liégeoises et verviétoises, leurs parcours seront limités en périphérie urbaine. Les «ESPACES TEC» seront également inaccessibles.
Inutile donc de vous précipiter aux arrêts. Préférez les trains si une ligne est située non loin de votre domicile: la SNCB n’a pas annoncé de mouvement de grogne de son côté.

Des commissariats fermés
Depuis ce jeudi matin, à 6h, de nombreux corps de police se sont mis en grève pour 48 heures. Un mouvement de grogne inédit selon les syndicats, qui dénoncent le manque d’effectifs, l’absence de revalorisation barémique, d’investissements et qui souhaitent combattre certaines réformes du gouvernement. Plusieurs commissariats sont fermés, notamment à Liège. « Suite au mouvement de grève de ce jour, nous vous informons que les commissariats de St-Léonard, d’Outremeuse, de Ste-Walburge et de Jupille-Wandre sont fermés. Nos autres points d’accueil sont accessibles aux horaires habituels », indiquait la police de Liège ce jeudi.
Selon le permanent Eddy Quaino, deux journées de grève consécutives à la police, c’est une première. « La journée de ce jeudi est destinée à attirer l’attention sur les revendications plus sectorielles. À savoir : les problèmes d’effectifs, l’absence de revalorisation barémique, le manque d’investissements pour la police intégrée, etc. Nous souhaitons également combattre certaines réformes du gouvernement, comme celles liées aux journées de maladie, par exemple. » Pour rappel, à partir de 2019, les jours d’arrêt maladie auxquels les policiers ont droit chaque année ne pourront plus être cumulés d’une année à l’autre.
La journée de vendredi sera surtout consacrée au volet pension et pénibilité du métier. La manifestation semble bien suivie. « On a d’excellents échos, notamment à Awans/Grâce-Hollogne, Herstal, Seraing. C’est un véritable signal en région liégeoise, dirigé vers l’autorité gouvernementale. »

Les administrations inaccessibles
Du moins dans les grandes villes, qu’elles soient communales, provinciales ou régionales. Mieux vaut y reporter votre visite.

7 recyparcs sur 49 ouverts
La grève impactera fortement les services d’Intradel et de ses sous-traitants. Outre le fait que le centre administratif sera inaccessible, voici le point pour ce qui concerne les collectes en porte-à-porte et les recyparcs. Sachez que si les conteneurs (noirs ou verts donc) ou sacs n’étaient pas repris, il conviendra de les ressortir à la collecte suivante.
Des perturbations pourraient avoir lieu sur les communes de : Amay, Aubel, Berloz, Chaudfontaine, Comblain-au-Pont, Dison, Engis, Ferrières, Fexhe, Fléron, Hannut, Herstal, Marchin, Ouffet, Oupeye, Seraing, Ans, Bassenge, Jalhay, Liège, Lontzen, Neupré, Raeren, Soumagne, Verlaine, Verviers et Visé.
Seuls les recyparcs suivants seront ouverts : Seraing (Boncelles), Waremme, Amay, Huy, Spa, Limbourg et Thimister. Soit 7 sur 49. «Dans ces conditions, nous suggérons, autant que faire se peut de reporter la visite ou de téléphoner au recyparc afin de connaître les disponibilités», conseille Intradel.
La liste des recyparcs et leurs numéros de téléphone sont disponibles sur leur site internet.

Les grandes entreprises privées à l’arrêt
Ou du moins toutes celles où la représentation syndicale est importante. C’est ainsi que les portes d’ArcelorMittal, de CMI, de Safran Aero Boosters, de la FN, de Chaudfontaine Monopole, de Derkenne-Coulinne, etc. devraient être bloquées par des piquets de grève dans le bassin liégeois. A Engis, Prayon devrait être touchée. De même que les carrières Sagrex à Engis et Moha. Des perturbations sont également annoncées dans de grandes enseignes du transport et de la logistique comme Lachs, Swissport, Skechers, Lyreco, la Base Intermarché…
À Herstal et dans le zoning en particulier, les entreprises des Hauts-Sarts s’attendent à des blocages sur plusieurs ronds-points: à l’échangeur 34 (entrée des Hauts-Sarts) en zone 1, le giratoire dit de l’avion à la sortie d’autoroute 34 à Liers/Milmort, le rond-point Basse Campagne (près du Carrefour).

Pas de blocage de la circulation
Tant Jean-Marc Namotte que Joël Thone nous ont cependant affirmé qu’il ne devrait pas y avoir de blocage de la circulation sur les routes et autoroutes liégeoises. « On n’est pas là pour emmerder la population, mais pour travailler pour elle », explique le patron de la FGTB. « Que ce soit en termes de pouvoir d’achats, de pensions, de soins de santé, de blocage des salaires, voilà pourquoi nous nous battons », confirme Jean-Marc Namotte de la CSC.

Profs en grève
On nous annonce également d’importantes perturbations dans les écoles de l’enseignement primaire officiel. L’accueil des enfants sera assuré bien sûr mais il devrait y avoir pas mal de professeurs en grève. La situation sera par contre plus contrastée dans le secondaire officiel. « Nous travaillerons normalement », nous a confirmé Mme Englebert, la préfète de l’athénée de Liège 1. « Les examens dans le degré supérieur sont d’ailleurs maintenus. Mais aucun élève bien sûr ne doit être pénalisé. Nous espérons que les parents pourront faire le maximum pour amener leurs enfants à l’école vu l’absence de bus. »
Il ne devrait par contre pas y avoir de gros problèmes dans l’enseignement libre. « Nous n’avons pas prévu d’actions vu la période des examens », confirme Jean-Marc Namotte, le patron de la CSC, ultra-majoritaire dans ce secteur. « Nous travaillerons normalement », confirme Mathias Thyssen, le directeur du collège Sainte-Véronique de Liège.

Des tracts devant les hôpitaux et à Bierset
Un rassemblement aura lieu devant le CHU de Liège de 9h à 10h30. Il s’agira d’une action symbolique pour protester contre l’âge de la mise à la pension : «Nous voulons des fins de carrière soutenables, c’est-à-dire à 55 ans, possibilité de crédit-temps avec droit à une allocation, à 60 ans possibilité de RCC (prépension) sans disponibilité sur le marché du travail et à 65 ans, âge maximum du départ à la pension. Sans cela, le nombre de malades risque d’exploser», avait déclaré Gaëtan Stas, président de la CSC Liège-Huy-Waremme, à l’agence de presse Belga.
Dès 10h, des travailleurs du secteur hospitalier, des maisons de repos, de l’aide sociale, de l’aide à la jeunesse, de la petite enfance affiliés au SETCa et à la CNE se rassembleront aussi devant la clinique Saint-Joseph à Liège. Ils manifesteront dans le quartier et distribueront une soupe populaire. « N’oublions pas que, derrière le plan gouvernemental, se trouvent des exigences patronales. Il est temps que les employeurs entendent les travailleurs», ajoute Gaëtan Stas, «Depuis quatre ans, les organisations syndicales ont multiplié partout les signaux d’alarme, dans les rues, dans les entreprises, dans les organes de concertation, à travers des manifestations citoyennes qui ont réuni des centaines de milliers de personnes, des grèves, des rencontres, des actions symboliques. Nous revendiquons des mesures qui répondent réellement aux besoins des gens».
De manière générale, mis à part quelques perturbations dans les prises de rendez-vous et aux entrées où les distributions de tracts sont prévues, il ne devrait pas y avoir d’autres problèmes. « Les patients attendent déjà très longtemps avant d’avoir un rendez-vous, nous tenons à les honorer », confirme le porte-parole du CHU, Louis Maraite.

Une action est aussi prévue à Bierset.

Commentaires

  • Cependant, le FMI conseille vivement à ce gouvernement d'encore durcir les mesures prises ou à prendre ? Sinon, gare à cette "sacrée croissance" ! Voilà qui conforte le tout nouveau ministre des finances, le très libéral A. De Croo. Le peuple appréciera ...

Les commentaires sont fermés.