Mobilité. L’auto ne représente plus que 61 % des déplacements

capture ecran 2018-12-23 à 16.20.55.jpg

« Même si ce n’est pas encore perceptible à l’entrée des villes, la tendance est claire. Les habitudes de déplacement se modifient.
On sent que nous sommes à un moment charnière », estime le ministre de la Mobilité, François Bellot (MR). Le SPF Mobilité et l’Institut Vias ont réalisé une grande enquête, baptisée Monitor, auprès des Belges.
La voiture demeure le principal mode de déplacement, mais elle est en recul. En 2012, 65 % des déplacements étaient effectués en voiture. Aujourd’hui, ce taux n’est plus que de 61 %.
Le vélo progresse, passant de 8 % en 2012 à 12 %. « L’augmentation est significative pour les vélos électriques. Entre le 1er octobre 2016 et maintenant, 16.679 speed pedelecs dont l’usage est fiscalement soutenu au même titre que le vélo classique », détaille François Bellot.
Une étude aux Pays-Bas montre que les usagers de ces engins parcourent de plus longues distances que les cyclistes sans assistance électrique, 14 km au lieu de 4, pour se rendre au travail ou à l’école.

TRAIN ET TÉLÉTRAVAIL
Le train a aussi le vent en poupe. Entre 2016 et 2017, le nombre de voyageurs de la SNCB a augmenté de3,5%. «Et la hausse pour les 10 premiers mois de 2018 est de 3,4 % », relève le ministre de la Mobilité. Pour lui, il faut poursuivre les investissements dans le ferroviaire, mais aussi soutenir les bureaux de coworking et le télétravail.
Sur un échantillon de 125.000 employés, le spécialiste RH Attentia a constaté une hausse de 25 % du télétravail.
L’enquête Monitor révèle toutefois des points noirs : 17 % des trajets inférieurs à un kilomètre sont toujours réalisés en voiture ! Des solutions existent et se développent, comme le souligne le ministre. Il y a sept mois les trottinettes électriques Troty n’existaient pas à Bruxelles. Désormais, elles sont très prisées à l’heure de pointe du matin. « Des entreprises privées arrivent avec des solutions attractives. Les comportements changement progressivement », conclut François Bellot.
Y.H. La Meuse du 20 décembre.

Les commentaires sont fermés.