Ras-le-bol à Tinlot: les dépôts sauvages se multiplient!

 

Retour sur l'article de jeudi qui dénonçait le véritable dépotoir découvert autour des bulles à verres contre le cimertière de Scry! La Meuse H-W revient sur ces faits avec les explications du responsable du service travaux à Tinlot, Laurent Walhin.

capture ecran 2019-08-06 à 17.09.11.jpg

Où sont donc passés les déchets ? « On ne sait pas si le voyou a été pris de remords, ce qui m’étonnerait, mais un miracle s’est produit », suppute l’échevin des Travaux, Denis Craisse. « Est-ce qu’Intradel a vu le dépôt autour de ses bulles et a envoyé quelqu’un ? Les bulles n’ont pourtant pas été vidées… », ajoute sceptique Laurent Walhin.
Plusieurs dépôts par semaine
Le responsable du service travaux est agacé par la situation. « C’est toutes les semaines à cet endroit ! Et ce n’était pas le plus important… »
En plus des entrées de cimetière, les poubelles publiques sont également ciblées par des citoyens peu scrupuleux. Les ouvriers doivent vider plusieurs fois par semaine celles situées aux abribus. « Quand on en vide une, le lendemain elle est pleine. Les gens remplissent des sacs de course ou des petits sacs-poubelles noirs et les jettent. On retrouve de la nourriture avariée, des langes… »
Le responsable est, malgré lui, tenu à nettoyer les lieux à la chaîne. « On ne peut pas laisser ces dépôts car la crasse amène la crasse. Il faut vraiment faire prendre conscience du problème au citoyen. Il se pénalise lui-même car le nettoyage est payé avec ses taxes. Il y a pourtant des parcs à conteneur à Ouffet et Clavier et c’est gratuit ! Et les personnes qui font ça ont déjà fait le plus dur en chargeant leur voiture ou leur remorque… »
D’autres zones sont également la proie des dépôts sauvages réguliers précise-t-il : « Le cimetière de Seny, moins celui de Tinlot, et sur la route entre Scry et Tinlot, à proximité des serres de chez Phytésia, il y a un bois avec un fossé et un ruisseau en contrebas. »
« On a un ouvrier à mi-temps qui ne s’occupe plus que de ça », déplore Laurent Walhin.« C’est vraiment un fléau pour nous, car on n’est déjà pas beaucoup alors qu’on a 75 km de voirie à entretenir, plus les bâtiments communaux. Une équipe de 10 tourne pourtant dans les villages à cause de ces dépôts. On aimerait trouver quelqu’un et le prendre sur le fait pour en faire un exemple. Le jour où ça arrivera, la personne payera cher. Après, ce serait dommage qu’on tombe sur quelqu’un qui jette un petit sac pour la première fois. »
Solutions envisagées
Lorsqu’un dépôt est découvert, les ouvriers fouillent les sacs à la recherche d’un indice sur le propriétaire afin d’infliger une amende administrative.
« Mais c’est très rare de trouver quelque chose. Les personnes qui font ça savent ce qu’elles doivent et ne doivent pas jeter. » Les déchets sont alors acheminés dans un conteneur tout venant de la commune. « Cela coûte 165 € la tonne et on doit le vider trois à quatre fois par an ! »
Laurent Walhin précise : « On connaît le problème et on y travaille. On réfléchit à des solutions mais à un moment donné, il va falloir durcir le ton. Ici, à Tinlot, il n’y a toujours pas de poubelle à puce, et on ne peut pas obliger les gens à acheter les sacs-poubelles de la commune, c’est une piste à exploiter. On pourrait également placer des caméras, enlever les dalles à l’entrée des cimetières et les placer à l’intérieur ou encore enterrer les bulles. »
La Meuse H-W

Commentaires

  • Soit les taxes sont chères, soit il a pauvreté augmente. Il y a une raison à se poser les bonnes questions. Pourquoi des personnes déposent leurs déchets près des bulles à verre ou des containers de récolte de vêtement "Terre"? Sinon, une caméra bien placée peut régler le problème localement.

Écrire un commentaire

Optionnel