Tinlot protocole d'accord sur les éoliennes, les précisions de l'échevine Laurence Médaerts

capture ecran 2019-09-28 à 18.16.47.jpg

Les travaux du futur parc éolien se poursuivent. Ici à Abée, le long de la route du Condroz, un nouveau chemin permettra l'accès aux éoliennes dont les lieux d'implantation sont déjà visibles dans les champs.

Lors du  Conseil Communal du 28 août  (voir l’article du 12 sept. sur ce blog ) le « protocole d’accord » avec  Engie Electrabel / Luminus a été approuvé. Pourquoi une  convention pour les éoliennes alors que la commune est obligée d’accepter l’implantation d’un parc éolien? Que contient cette convention ? Quel est encore le rôle de la commune dans ce dossier alors que les travaux ont débuté (enfouissement des lignes, nouveaux chemins d’accès aux éoliennes etc…) ?
Voici les questions posées et les réponses de l’Echevine Laurence Medaerts qui, avec le conseiller communal Grégory Racelle, a mené les négociations avec les promoteurs du projet.

Pourquoi une convention avec Engie Electrabel / Luminus ?
Le document présenté au dernier Conseil a été rédigé suite à de longs mois de discussions entre le promoteur éolien et des représentants du Conseil Communal.  En effet, en juillet 2014, un permis avait été octroyé par le Ministre P. Henry et malgré les recours introduits, la commune se devait de trouver un accord afin de compenser un minimum les désagréments que l'implantation de ces machines allaient provoquer.

Quel était l’état des lieux concernant le  dossier éolien, dressé par nouveau collège début 2019 ?
Surprise le 15 janvier dernier, le permis devient libre de tout recours AVANT la signature de ladite convention; toutes les cartes sont redistribuées, on repart à 0 et même encore moins que 0…
Toutes les questions sont sur la table sans aucun  «  moyen  de pression sur les promoteurs » : Eolienne citoyenne ? Si oui, laquelle ? Imposition de l'éolienne n°3 par le promoteur: celle-ci est-elle rentable ? Le prix du permis est-il correct ? Qui dit parc éolien dit extension de celui-ci (exemple Villers le Bouillet): allons-nous laisser fleurir autant d'éoliennes dans notre beau Condroz ?
Et les nuisances dans tout ça ? Un retour, même indirect, aux citoyens ne devrait-il pas être envisagé ? Oui mais sous quelle forme ? Une taxe ou un fonds ?
Voilà les principales questions posées au collège et qui nous ont amenés à discuter divers points finalisés ensuite dans une convention.

Quelle est la durée de cette convention ?
La durée de la convention de partenariat : initialement celle-ci était prévue pour une durée de 7 ans, elle est désormais allongée à la durée de l'exploitation du parc éolien, soit jusqu'en 2034 minimum.
De plus lorsque le parc ne sera plus exploité, les sommes seront dues à la commune jusqu'au démantèlement des machines.

Quel sera le retour financier pour la commune et les Tinlotois ?
Un « fonds social et énergie » négocié, prévoit un montant de 85.000,00€ qui sera versé annuellement à la commune pour l’ensemble des éoliennes. Ce fonds sera indexé jusqu'à la fin du système des certificats verts et ensuite l'indexation ne sera plus d'application jusqu'à la fin de l'exploitation du parc. De plus lorsque le parc ne sera plus exploité, les sommes seront dues à la commune jusqu'au démantèlement des machines ce qui constitue une garantie importante.

Quid de l’extension possible du parc éolien ?
Nous n’avons pas seulement négocié les conditions du parc actuel comportant 5 éoliennes, mais également le développement possible qui risque de nous être imposé.
L’extension du parc est limitée à 3 éoliennes MAXIMUM sur le territoire de Tinlot !

Une éolienne citoyenne est-elle envisagée ?
Concernant l’éolienne citoyenne, il est apparu très rapidement que dans les conditions actuelles, le plan de financement n’était pas du tout concluant. Il a donc été mis fin à la négociation pour cette éolienne (pas question d'emmener des citoyens dans une aventure incertaine en terme de rentabilité). Par contre en cas d’extension du parc éolien, nous nous sommes préservés la possibilité d’une éolienne citoyenne dont nous avons également négocié le prix à payer par la commune. Le montant obtenu est bien inférieur au prix qui nous était proposé si nous l’avions obtenu dans le cadre des 5 éoliennes actuelles. Ce sera 3x moins cher!!!
MAIS nous gardons la possibilité de ne pas acquérir de parts au cas où, par exemple, le plan financier serait de nouveau peu rentable.  Néanmoins la porte reste ouverte…

Et dans la pratique ?
Outre ces principaux points, d'autres aspects plus techniques ont été abordés durant les discussions, nous en informerons les Tinlotois régulièrement, en toute transparence comme je le fais depuis le début de ce dossier.

2552587079.jpg
La conférence de presse au début 2019, annonçant la décision du Conseil d'Etat autorisant les éoliennes à Tinlot.
L'Echevine Laurence Medaerts- Archambeau, La Bourgmestre Christine Guyot et le Conseiller Grégory Racelle, directeur de la station de biométhaniation d'Ochain et dont l'expérience est appréciée en matière d'énergie.

En conclusion ?
Ce protocole d'accord reste très positif pour les Tinlotois notamment en matière fiscale car notre grand territoire entraîne des dépenses en énergie très importantes notamment au niveau de l'éclairage public, ce fonds permettrait en outre la réalisation d'actions en terme de mobilité douce ou encore de la conservation du patrimoine.

Les commentaires sont fermés.