La vaccination contre la grippe démarre à la mi-octobre

Vous l’aurez peut-être remarqué : cette année la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière n’a pas démarré en septembre comme c’était le cas les années précédentes. En cause, les recommandations du Conseil supérieur de la Santé qui préconisait d’effectuer la vaccination entre la mi-octobre et la mi-décembre.
« Les vaccins quadrivalents présents aujourd’hui sur le marché offrent une protection maximale dans un délai de 10 à 15 jours après l’injection avec un pic d’anticorps protecteurs après 4 à 6 semaines puis une diminution de ce taux de moitié en 6 mois », explique le Conseil supérieur de la Santé.
Et de justifier le report du début des vaccins : « L’exposition épidémique au virus de la grippe dure en moyenne de 8 à 12 semaines et débute généralement entre fin décembre et début janvier. Tant que le pic d’incidence n’a pas été atteint, il est toujours utile de se faire vacciner contre la grippe. Passé ce moment, l’opportunité de la vaccination doit être considérée au cas par cas par le médecin. »
Les années précédentes, un taux relativement faible de vaccination dans la plupart des groupes-cibles avait été enregistré. Malgré tout, nos confrères du Soir répercutaient au début de mois de juin des craintes quant à une production insuffisante du vaccin. En cause, une communication tardive de la part de l’Organisation mondiale de la Santé quant à sa composition.

Les quantités nécessaires
À quinze jours du lancement de la campagne, le cabinet de la ministre de la Santé Maggie De Block rassure  : « Nous avons bien entendu veillé à ce que les quantités nécessaires de vaccins contre la grippe puissent être fournies. Nous pourrons ainsi couvrir les besoins des groupes-cibles pour lesquels le vaccin est recommandé. »
Une bonne nouvelle d’autant plus que les groupes-cibles se sont élargis cette année. « Le vaccin sera également remboursé chez les femmes enceintes, dès le 1er trimestre de la grossesse. Avant cela, il était remboursé seulement à partir du second trimestre », précise la porte-parole. « Davantage de vaccins sont donc nécessaires pour la saison 2019-2020. »
Outre le cas des femmes enceintes, le vaccin sera remboursé s’il est prescrit dans l’une des situations suivantes :

▬ pour des bénéficiaires âgés de 50 ans ou plus ;

▬ pour les bénéficiaires âgés de 3 ans ou plus qui sont atteints d'une des maladies chroniques suivantes: affections cardiaques, pulmonaires, rénales, diabète, hémoglobinopathie ou souffrant d'immunodépression, situations qui les prédisposent particulièrement à des complications de la grippe ;

▬ pour les éleveurs professionnels de volailles et/ou de porcs ainsi que pour les membres adultes de leur famille vivant sous le même toit et pour les personnes qui, du fait de leur profession, sont en contact journalier avec de la volaille ou des porcs vivants ;

▬ pour les bénéficiaires appartenant au personnel soignant en contact direct avec les personnes à risque accru de complications ;

▬ pour les bénéficiaires enceintes;

▬ pour des bénéficiaires institutionnalisés âgés de 3 ans ou plus ;

▬ pour bénéficiaires à partir de 3 ans sous thérapie à l’acide acétylsalicylique.

Lire la suite et voir la vidéo en ligne dans la Meuse digitale

Écrire un commentaire

Optionnel