La téléconsultation au tarif de 25€ pour tous les médecins

Afin de promouvoir la pratique et lui établir un cadre légal, l’Association Belge des Syndicats Médicaux (ABSyM) appelle à son remboursement. « La téléconsultation à un tarif de 25 euros pour tous les médecins est une proposition neutre au point de vue budgétaire étant donné que la téléconsultation remplacera un certain nombre de consultations standard », y explique-t-on. « L’exemple de la France, où 60.000 téléconsultations ont été remboursées en un an, nous apprend que celles-ci n’occasionnent pas de dépense supplémentaire. L’ABSyM propose donc les conditions suivantes : un médecin ne peut facturer de téléconsultation sans consultation « physique » préalable avec le patient. En outre, seuls entrent en ligne de compte les médecins disposant d’un numéro INAMI et exerçant leur pratique sur le territoire belge ».
Les syndicats demandent aussi une prime informatique pour équiper les spécialistes. « L’ABSyM pense à une prime de 1.750 euros qui représenterait une compensation de leurs frais de base. Tenant compte du fait que 30.750 médecins spécialistes sont concernés, un budget de 53,81 millions d’euros serait nécessaire ».
Des économies
Selon une étude de la société pharmaceutique EG, 37 % des Belges se disent prêts à recevoir un traitement médical par webcam. Pourtant, à en croire les médecins et les institutions, la téléconsultation serait la grande solution à de nombreux problèmes actuels dans le domaine des soins.

« Cette pratique pourrait remédier à la pénurie de médecins dans certaines régions. Elle permet aussi d’éviter les déplacements de patients fraîchement opérés ou ayant des difficultés moteur comme les seniors », nous confie Nicolas, un généraliste. « Elle pourrait en outre soulager les patients et les problèmes financiers de la Sécurité sociale. L’Université de Lyon a montré que la téléconsultation permet la suppression des arrêts de travail liés aux consultations de suivi dans les cas du cancer de la prostate. Il en va de même pour l’hypertension artérielle et la rétinopathie diabétique. En France, ces pathologies prises en charge par téléconsultation offrent 356 millions d’euros d’économies par an. De l’argent qu’on pourrait injecter dans la recherche et l’aide d’autres maladies aujourd’hui oubliées ».
Alison Verlaet. La Meuse Huy-Waremme

Les commentaires sont fermés.