Seny, Scry. Les temps sont durs pour les églises à Tinlot.

Les temps sont durs pour les églises à Tinlot. A Scry, l’église Saint-Martin est fermée jusqu’à nouvel ordre suite à la chute de trois madriers. A Seny, les racines des arbres soulevaient les pavés et le seuil à l’entrée de l’église. Ce sont des bénévoles qui ont arraché les racines et qui ont tout réparé !

capture ecran 2019-10-17 à 13.17.08.jpg

En ce qui concerne l’église Saint-Pierre de Seny, place du Baty, ce sont des bénévoles qui l’ont restaurée.
« Cela fait un an et demi que les carrelages se soulevaient à l’entrée de l’église. Le seuil avait bougé et les portes ne fermaient plus bien. Un groupe de bénévoles composé notamment de plusieurs pensionnés, a décidé de réaliser lui-même les travaux. Ils ont enlevé les pavés, enlevé le sable qui était en dessous puis arraché plusieurs racines, dont certaines étaient énormes. Ils ont carrelé et tout ce travail a été terminé ce mercredi », se félicite Rita Dendooven, présidente de la Fabrique d’église de Seny, ancienne conseillère communale, ancienne échevine et présidente du CPAS.

capture ecran 2019-10-17 à 13.18.31.jpg

« A présent, on a toujours un problème, mais à l’intérieur de l’église cette fois, avec les racines de deux arbres, deux gros tilleuls, qui traversent la Nationale 66. Un de ces arbres est malade », ajoute Rita Dendooven. « Il semblerait que ces deux arbres soient classés. Nous allons demander leur déclassement à la DNF », indique la bourgmestre, Christine Guyot qui remercie tous les bénévoles qui ont participé aux travaux de restauration de l’entrée de l’église de Seny.

Scry, l’église Saint-Martin est fermée jusqu’à nouvel ordre

 

https://static.blogs.sudinfo.be/media/150/1777834873.JPG

L’église Saint-Martin de Scry-Tinlot, qui date du 16ème siècle, est désormais fermée jusqu’à nouvel ordre. En cause, la chute de trois madriers qui s’étaient détachés du carcan qui entoure le clocher en attente de restauration. Les pompiers ont pu dégager ces madriers et suite à la visite des lieux et au rapport du capitaine Jadot, l’accès au site est sécurisé et interdit pour une période indéterminée en attendant l’enlèvement du carcan ceinturant la tour.
(voir l'article précédent sur ce blog)
Photo AD

« Cela fait 12 ans que des travaux doivent être réalisés dans l’église. En 2007, on a en effet constaté que le mur intérieur dans la tour du clocher se désagrégeait. On a sécurisé les abat-sons puis on a installé le carcan. Un cahier des charges a été rédigé en 2011 et le dossier a été rentré par deux fois à la Région wallonne mais le Ministre Furlan a reporté le dossier. En 2014, un ingénieur a été envoyé par la commune de Tinlot et il a estimé le montant des travaux à environ 350.000 euros », précise André Dumont, membre de la Fabrique d’église et responsable de la gestion.

« Le choeur, la nef et les vitraux de l’église Saint-Martin sont classés au patrimoine wallon (ils ont été restaurés en 2015) mais pas la tour. Aujourd’hui, le couloir d’entrée est en piteux état. Il y a eu la chute de madriers car le bois est pourri. Le carcan se décompose. Il faut évaluer la stabilité de la tour, remplacer des pierres, rénover la toiture car il y a des fuites, ... Bref, il faut relancer toutes les démarches », ajoute André Dumont.

69677444.2.jpg

Une réunion d’urgence s’est tenue lundi dernier entre le Conseil de Fabrique de Scry et le Collège communal de Tinlot pour décider de la fermeture de l’église jusqu’à nouvel ordre. « De notre côté, nous allons recontacter l’Evêché, comme en 2014, pour lui demander de pouvoir vendre un terrain qui appartient à la Fabrique d’église. Le montant de la vente pourrait servir à la restauration de l’église. Une église qui est un lieu de passage et de visite sur la Route Charlemagne. Les gens du village y sont attachés », insiste André Dumont.

La commune de Tinlot va aussi intervenir. « Nous allons demander une nouvelle expertise à l’ingénieur en stabilité pour qu’il fixe les priorités dans les réparations car les montants demandés sont très élevés. En 2018, on était aussi intervenu sur les cloches pour des réparations », précise la bourgmestre, Christine Guyot. « Nous allons à présent rechercher des subsides pour réaliser les travaux les plus urgents », ajoute-t-elle.
Marc Gérardy. La Meuse H-W

Écrire un commentaire

Optionnel