Recrudescence de ratons laveurs en région liégeoise

Les observations de ratons laveurs se multiplient en région liégeoise. Certaines communes tirent la sonnette d’alarme. Malgré leur air attendrissant, ils sont considérés comme espèce invasive.

De plus en plus de ratons laveurs sont observés ces derniers temps en région liégeoise, et plus particulièrement en Ourthe-Amblève. Pourtant originaires d’Amérique du nord, ces petits animaux à la bouille sympathique se retrouvent maintenant dans nos campagnes, à la grande surprise de ceux qui les croisent.
« On constate en effet une recrudescence de ratons laveurs, en particulier à Nonceveux et à Remouchamps », précise Laurence Culot, l’échevine en charge du bien-être animal et par ailleurs vétérinaire, également à titre bénévole pour Creaves. Les services spécialisés reçoivent également de plus en plus régulièrement des appels de personnes confrontées à ces petits mammifères. Et pas uniquement dans les campagnes. Des Liégeois ont ainsi déjà eu affaire à des ratons laveurs qui démontrent ainsi qu’ils continuent leur expansion dans la région.

Aperçu à Aywaille voici quelques mois.
Aperçu à Aywaille voici quelques mois.

Une espèce nuisible
Une bonne nouvelle ? Pas spécialement. « C’est une espèce non indigène et considérée comme nuisible. La législation dit donc qu’on est obligé de les euthanasier, mais les gens prennent ça assez mal », continue Mme Culot.
C’est qu’avec son masque noir et ses pattes semblables à des mains d’enfant, le raton laveur a plutôt les faveurs du grand public. Mais la réalité est tout autre. « Ce ne sont pas spécialement des prédateurs, plutôt des destructeurs », détaille un spécialiste. « Et ils sont agressifs. Même les petits, on doit les attraper au lasso, souligne l’échevine aqualienne. Et comme ils mangent de tout, qu’ils sont très débrouillards, il arrive aussi qu’ils s’attaquent aux nids pour gober les œufs. » L’animal est également très à l’aise dans les maisons et les propriétés occupées par l’homme. « À Nonceveux, un raton laveur était rentré dans une caravane, il avait fait les poubelles… Avec leurs petites pattes très préhensiles, ils arrivent même à ouvrir les couvercles. »
À Hamoir, la commune a même lancé une campagne d’avertissement via son bulletin communal. Avec quelques conseils précis pour éviter d’inviter les ratons laveurs à la maison : « Ne rien lui donner à manger, même s’il peut se montrer attendrissant, condamner les ouvertures des bâtiments, protéger voire enfermer les poubelles et ne pas laisser à l’extérieur de la nourriture pour chiens et chats ».
Mais malgré tout, certaines personnes craquent face à ce physique de peluche. Et tentent d’apprivoiser l’animal qu’ils ont réussi à capturer. Une mauvaise idée selon tous les spécialistes de la faune : « C’est vrai qu’ils sont facilement apprivoisables quand ils sont jeunes, mais ils gardent toujours un côté sauvage et peuvent très vite tout détruire s’ils sont à l’intérieur. Or, s’ils ont une espérance de vie de 3-4 ans dans la nature, elle monte à 15-16 ans en captivité. »
...Lire la suite dans La Meuse digitale

Écrire un commentaire

Optionnel